Les étoiles filantes : Daniel Elena, neuf fois champion du monde WRC dans l’ombre de Sébastien Loeb

Sports |

Plus grand pilote de rallye de l’histoire, Sébastien Loeb a pu compter dans sa quête sur le soutien et le travail de Daniel Elena, son copilote. Un poste dans l’ombre qui a comblé le Monégasque durant plus de 20 ans. 

De Proximus

Partager cet article

Les palmarès le disent, Sébastien Loeb est le meilleur pilote de l’histoire du championnat du monde des rallyes : 9 titres mondiaux, 80 victoires, série toujours en cours et un pilotage frôlant la perfection. Mais le Français ne s’est pas fait tout seul. Si c’est souvent lui qui reçoit les louanges, il ne faudrait pas oublier le rôle plus qu’important qu’a joué Daniel Elena derrière ces succès. Un duo qui a tout connu durant cette collaboration prenant fin en 2021.

Rencontre fortuite

Natif de Monaco avec une mère femme de ménage et un papa croupier de casino, Daniel Elena est attiré par les sports moteurs, entre le rallye de Monte-Carlo et le Grand Prix de Formule 1 qui passe en bas de chez lui à Sainte-Dévote. Il préfère de loin le rallye. Il veut faire de la voiture son métier mais il sait rapidement qu’il ne sera pas pilote, notamment car ses parents ne sont pas assez passionnés et par un manque de moyens. "J'ai fait copilote parce que j'étais mauvais pilote", assure-t-il. 

Fin 1997, en "formule de promotion", Daniel Elena se retrouve sans pilote. Sébastien Loeb, adversaire en course mais avec qui il a sympathisé, est lui sans copilote. C’est directement le coup de foudre, professionnel et humain pour une aventure qui durera plus de 20 ans. Mais avant de connaitre la gloire, il y a eu des galères et de la débrouille pour un duo qui s’est bien trouvé. "Je suis l'eau chaude, il est l'eau froide et pour prendre une bonne douche, il faut arriver à la bonne température", résume Elena pour Eurosport. 

Loeb en sauveur

Si Sébastien Loeb a rapidement montré son talent, Daniel Elena a lui dû convaincre. Il a longtemps du vivre dans l’incertitude car la direction des équipes et les mécènes cherchaient à l’écarter. Un nouveau copilote est même attribué à Loeb, mais cela ne durera qu’une course car il insiste pour poursuivre avec Elena. Même en 2003, malgré une grosse boulette, Loeb défendra son comparse. 

On est alors au rallye de Turquie et une erreur d’aiguillage envoie l’équipage de la Xsara dans la nature alors qu'il lutte pour le titre. C’est trop pour Guy Fréquelin, le grand patron de Citröen Sports. "Fréquelin était rouge de colère et sur le moment, j'étais moi aussi très fâché contre Daniel. Mais je l'ai défendu auprès du boss, qui était bien décidé à le dégager", raconte Loeb qui sauvera plusieurs fois la tête d’Elena, que certains jugent parfois trop en l'air. "Derrière son air je m'en foutiste, il cache une force de caractère assez impressionnante," relève Loeb. 

Révolutionnaire

Daniel Elena, c’est tout simplement le copilote le plus couronné avec 9 titres mondiaux. Ce dernier a quelque peu révolutionné le travail de copilote. Avec Loeb, ils ont créé leur propre système de notes, les rendant concises mais ultra précises. Dans ce système, plus la valeur annoncée est faible, plus le virage est lent, et inversement. Un système repris par bien des équipages actuellement. Mais Elena y a ajouté le style, chantant presque les consignes. "Je pourrais presque conduire les yeux fermés, juste au son de la voix de Daniel", a dit Loeb qui a aussi emmené son copilote, confident et ami, sur les routes du Dakar. 

Copilote, cela reste un rôle ingrat, moins bien payé que celui de pilote. Et surtout, il est dans une situation qu’il ne maitrise pas dans un sport quand même risqué. "Si un minimum de peur s'installe, il y aura une micro hésitation. Qui dit hésitation dit erreur, qui dit erreur dit sortie de route", précise Elena, qui a su rester aux côtés de son compère jusqu’au bout, malgré les sollicitations et il faut le dire, un rôle qui n'est pas toujours valorisé comme l’avait dit le pilote dans l’Equipe il y a quelques années. Un jugement sévère mais pourtant assez juste. "Avec un copilote sérieux, mais de niveau moyen, je gagne des courses. Si vous mettez Daniel, neuf fois champion du monde, avec un pilote moyen, il ne gagne pas. C’est cruel, mais la performance, elle vient du pilote, pas de son équipier."

Fan de notre série ? Découvrez Angelo Argea, le caddie qui a fini par faire la course en tête.


Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top