Vincenzo Nibali étale son panache, se retrouve et renverse le Tour d’Italie 2016

Cyclisme |

Vincenzo Nibali est l’un des coureurs phares de ce début de 21e siècle en cyclisme. Polyvalent, il a décroché les trois grands tours mais aussi des monuments. En 2016, il a ajouté un deuxième Giro à son palmarès, avec la manière, alors que tout semblait perdu. 

De Proximus

Partager cet article

Vincezo Nibali étale son panache, se retrouve et renverse le Tour d’Italie 2016

Le Requin de Messine comme il est surnommé a perdu de sa superbe ces dernières années. Sa dernière victoire majeure remonte à 2018, lorsqu’il remporte au nez et à la barbe des sprinteurs Milan- San Remo. "La course la plus éloignée de mes caractéristiques", explique-t-il. Car Vincenzo Nibali est avant tout un coureur de courses à étapes. Bon grimpeur, endurant et surtout offensif, ces qualités font qu'il est l’un des sept coureurs de l’histoire à avoir glané les trois grands tours. Le dernier en date ? Le Tour d’Italie 2016. Pourtant, l’affaire était mal embarquée à trois jours de l'arrivée finale. 

Trois ans plus tard

Vainqueur du Giro en 2013, Vincenzo Nibali a délaissé la course au maillot rose deux ans pour se concentrer, avec succès, sur d’autres objectifs : il gagne le Tour de France avec panache en 2014 et le Tour de Lombardie en 2015. Mais il rêve de réaliser le doublé sur le Giro, la course phare d’Italie. D'autant que Nairo Quintana et Alberto Contador ont fait passer l'Italie au second plan en remportant le Giro dans ce laps de temps.

Dans sa botte, l’Italien a tout gagné dans sa carrière. Il se sent bien à la maison. Il va le confirmer en 2016. Il est le grand favori au départ, mais des Landa, Valverde, Uran, Majka ou encore Chaves sont de sérieux candidats à la victoire finale jouée cette saison là à Turin après un départ aux Pays-Bas, à Apeldoorn. 

L'incompréhension

Le champion d’Italie n’est pas au mieux et souffre durant deux semaines et demie. Steven Kruijswijk surprend son monde et domine la course, Esteban Chaves montre qu’il est le plus fort en montagne et Valverde fait du Valverde, il est toujours présent. Au soir de la 18e étape, Nibali est quatrième du classement à 4’43’’ de Kruijswijk. 

"Je ne sais pas ce qui m'arrive, je ne suis plus moi", déclare le coureur de la formation Astana. Et pourtant, il va faire basculer la course quelques heures plus tard. Lors de la 19e étape, le Col d’Agnel et ses 2774m d’altitude sont au programme, ainsi que la neige et la glace ! Alors que le groupe des favoris est dans la descente de cette difficulté, le maillot rose, Kruijswijk, heurte un mur de glace sur le bord de la route et chute en réalisant un soleil. Le Giro vient bien de basculer. 


A l’attaque !

Les adversaires du maillot rose, Nibali et Chaves en tête, font le forcing. Dans la montée finale vers Risoul, l’Italien largue la concurrence pour remporter l’étape même si c’est le Colombien qui enfilera le maillot rose. Le lendemain, c’est la dernière chance pour Nibali s’il veut renverser la course. Au programme, les cols de Vars et de la Bonette. L’équipe Astana, avec notamment le regretté Michele Scarponi, met très rapidement le feu sur les routes et c’est dans la dernière difficulté importante du jour, la Lombarde, que le Requin de Messine renverse définitivement ce Tour d’Italie 2016. 

En deux jours, Nibali a repris 2’35’’ à Chaves et plus de six minutes à Kruijswijk, qui vient sans doute de louper la chance de sa vie d’inscrire son nom au palmarès d’un grand Tour. A Turin, c’est un triomphe pour Nibali ! "Ce Giro a été très difficile, douloureux. Je suis parti avec l'étiquette de favori et ça m'a un peu conditionné. Quand j'ai compris que c'était pratiquement perdu, je me suis senti libéré", a expliqué Nibali, dont le panache a été récompensé, comme bien souvent dans sa carrière ! 

Une fois de plus, dans le sport tout est possible !

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top