Il était une fois un Diable : Jason Vandelannoite

Football |

En cette année 2022, Proximus Pickx vous propose une nouvelle série consacrée aux Diables Rouges qui n’ont pas vraiment marqué l’Histoire. Internationaux le temps d’une poignée de sélections, ils figurent tout de même dans le grand livre de notre équipe nationale. Focus cette fois-ci sur Jason Vandelannoite.

De Proximus

Partager cet article

Alors qu’il faut parfois de très long mois, voire plusieurs années avant qu’un joueur ne trouve grâce aux yeux de Roberto Martinez pour être appelé chez les Diables Rouges, il fut un temps où quelques bons matchs suffisaient à convaincre le sélectionneur national de faire appel à vous, quitte à ensuite disparaitre totalement. C’est ce qui est arrivé à Jason Vandelannoite.

Il faut dire qu’à l’époque, le talent belge n’était pas aussi pléthorique qu’actuellement et que les joueurs trouvaient parfois de bonnes excuses pour éviter de rejoindre les Diables et leurs nombreuses défaites. Cela forçait donc parfois les sélectionneurs à gratter les fonds de tiroirs pour mettre sur pied une sélection.

Talent brugeois

A Bruges, on sait former de bons jeunes et chaque année il en arrive un ou deux en équipe première. Lors de la saison 2005-2006, Jason Vandelannoite fait partie de ces jeunes Gazelles qui découvrent l’équipe A. Assez rapidement, le défenseur frappe aux portes du onze et se retrouve titulaire en UEFA Champions League à l’occasion d’un match contre le Bayern Munich. Une belle prestation qui lui permettra, malgré la défaite, de tout doucement faire son trou dans le noyau brugeois.

Cette saison-là, il dispute 15 rencontres de championnat et 2 de C1. Un bilan honorable qui suffit à lui ouvrir les portes de l’équipe nationale en mai 2006. Une sélection surprenante mais quand on regarde le noyau convoqué par René Vandereycken, on comprend mieux avec des garçons comme Tom Caluwé, Wim De Decker ou encore Davy Schollen.

Sur le banc et puis basta

Jason Vandelannoite n’a pas 20 ans lors de cette première sélection, pour affronter la Turquie. Dans le groupe, en défense, on ne retrouve qu’un seul défenseur central pur : Carl Hoefkens. Les absences sont nombreuses et Jason Vandelannoite vient boucher les trous. Car Vandereycken alignera une défense avec Swerts, Leonard et Van Damme.

Le match, le Brugeois le regardera depuis le banc durant 90 minutes. Il n’en décollera pas pour ce qui reste sa seule expérience avec les Diables. S’il s’est imposé chez les U21, ce n’est pas le cas avec l’équipe A puisqu’il n’a plus jamais été appelé par la suite. Il faut dire aussi que sa carrière a connu plus de bas que de hauts qui ne lui ont pas permis de prétendre à une nouvelle sélection.

Une fin de carrière difficile

La saison suivante est un peu plus compliquée pour le défenseur qui ne parvient pas à confirmer les bonnes choses entrevues quelques mois plus tôt. Il joue moins en championnat, et n’est même pas toujours sur le banc. Lors du mercato estival 2007, Vandelannoite tente sa chance en Turquie, à Bursaspor, mais ne s’y impose pas. Il revient alors en Belgique, à Tubize, tout juste promu en D1 et s’installe, enfin, comme un vrai titulaire.

Hélas, les Brabançons sont relégués en fin de saison 08-09 et le joueur fait la culbute avec le club. Après un an au deuxième échelon, il tente de se relancer à Malte, sans y parvenir réellement puisqu’il y fait 3 formations en autant de saison. Il jouera encore en Roumanie puis reviendra en Belgique dans les divisions inférieures alors qu’il n’a même pas 30 ans.

 

Fan de notre série ? Retrouvez l’histoire de Wilfried Delbroek.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top