LA SAISON DE D1B EN 5 STATS (# 3): défense et duels

D1B Pro League | La championnat a vécu. C'est donc le moment de partager avec vous quelques statistiques parlantes sur les clubs et les joueurs qui ont animé la compétition. Dans cette mini-série, nous aborderons 4 sujets: la discipline, le passing, la défense et l'attaque. Troisième volet aujourd'hui, où nous nous penchons sur l'aspect défensif et la présence dans les duels.

De Tagtik

Partager cet article

Au niveau des duels gagnés on retrouve logiquement les deux premiers du classement, le KVC Westerlo et le RWDM parmi les plus performants avec respectivement 1516 et 1515 duels remportés. Mais Waasland-Beveren fait mieux encore avec 1574 duels gagnés. A l'autre bout du classement, on retrouve Lommel avec 1339 duels gagnés à son actif.

Le roi des duels joue à la Dakota Arena. Lennart Mertens a remporté cette saison 192 duels directs avec ses adversaires loin devant le défenseur de Virton Marc-Olivier Doué (154) et le passeur du RWDM Nicolas Rommens (145).

Dans le domaine des duels aériens, on retrouve le même Lennart Mertens aux avant-postes avec 117 duels de la tête remportés, nettement mieux que Kenneth Schuermans (85, Lierse K.) et Pietro Perdichizzi (84, Westerlo). Sur le plan collectif, c'est le Lierse Kempenzonen qui s'impose le plus dans le trafic aérien avec 462 duels gagnés. Lommel (328) ferme la marche.

Si l'on s'intéresse aux interceptions, c'est Kevin Kis (Lommel SK) qui brille le plus dans cet exercice, très différent des duels physiques. Ici, c'est la vista et le sens du jeu qui font la différence. Kis a réussi 53 interceptions, juste devant Marc-Olivier Doué (52, Virton) et Rubin Seigers (47, Westerlo).

Enfin, c'est Waasland-Beveren qui a tenté le plus de tackles cette saison (532) alors que le KMSK Deinze se classe dernier dans cet discipline particulière (432).

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top