One day, one goal : prêté par Nantes, Wilfried Dalmat mystifie Mickaël Landreau avec l'OM

Ligue 1 | Wilfried Dalmat est une vieille connaissance de la Jupiler Pro League. Il y a un peu plus de 20 ans, au tout début de sa carrière professionnelle, le jeune frère de Stéphane inscrivait son seul but sous les couleurs de Marseille contre le FC Nantes, qui l'avait prêté quelques semaines plus tôt.

De Pickx

Partager cet article

Le choc entre le FC Nantes et l’Olympique de Marseille du 3 février 2002 a une saveur particulière pour Wilfried Dalmat. À peine un mois plus tôt, en effet, l’ailier de même pas 20 ans s’entraînait encore à la Beaujoire. Passé professionnel l’année précédente, Dalmat a jusqu’ici dû se contenter de bribes de matchs avec l’équipe qui finira championne au terme de la saison. L’après titre est néanmoins cauchemardesque pour les Canaris, qui devront attendre la 11e journée pour gagner un match en championnat.

Cela n’a cependant pas empêché le jeune Dalmat de s'illustrer en Ligue des champions en inscrivant son tout premier but sous le maillot nantais contre le PSV Eindhoven en début de saison. Mais le natif de Tours paie le sursaut de forme de ses coéquipiers en Ligue 1 et ne joue quasi plus à partir d’octobre. Son club l’envoie alors en prêt à Marseille, qui sort de deux saisons compliquées et végète dans le ventre mou.

Quelques semaines plus tard, Dalmat fête sa deuxième titularisation avec l’OM contre Nantes et passera près de jouer un bien mauvais tour à son club propriétaire avec ses nouvelles couleurs. Alors que les Canaris ont repris du poil de la bête en Ligue 1 et abordent ce duel avec confiance, ils se font surprendre à la demi-heure de jeu.

Un titre avec le Standard

Partis en contre-attaque, les Marseillais combinent bien dans le camp adverse. Excentré sur son côté droit, Dalmat reçoit le cuir des pieds de Piotr Swierczewski. Il entame un une-deux avec le Polonais qui déstabilise la défense nantaise. Après avoir évité un tacle, l’ailier se retrouve à hauteur du petit rectangle. Cherchant d’abord une solution de centre en retrait, il se ravise et surprend Mickaël Landreau en poussant le ballon entre le gardien et son premier poteau. Le seul but de Dalmat avec l’OM n’empêchera toutefois pas la victoire 3-1 des Nantais.

L’ailier ne s’imposera jamais à la Beaujoire et, après avoir pas mal bourlingué, c’est en Belgique qu’il connut ses plus belles années. Révélé chez nous à Mons, où il débarque en 2006, il est transféré au Standard deux ans plus tard. À Sclessin, il est un pion important de l’équipe qui remporte un titre de champion et deux Supercoupes. Après une pige au Club de Bruges, il s’envole pour la Turquie puis la Grèce avant de revenir finir sa carrière dans les divisions inférieures françaises et belges.

Fan de notre série ? Découvrez également la superbe reprise de Julien Gorius contre La Gantoise.

Sujets associés

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top