Qui montera les marches? Le Festival de Cannes dévoile jeudi sa sélection officielle

Cinéma | A un mois de la compétition pour la Palme d'Or, le 75e Festival de Cannes dévoile jeudi une sélection officielle qui promet de marier art et glamour, mais n'oubliera probablement pas la politique, en pleine guerre en Ukraine.

De Belga

Partager cet article

Les réalisateurs du monde entier auront à 11H00 les yeux rivés sur le cinéma des Champs-Elysées où le délégué général, Thierry Frémaux, annoncera la liste des élus.

Peut-être dévoilera-t-il aussi le nom de celui ou celle qui succèdera à Spike Lee à la présidence du jury. Le magazine spécialisé Variety parie sur Penelope Cruz ou Marion Cotillard.

Plus de 2.000 films ont été soumis pour cette édition-anniversaire. Le Festival, qui retrouve ses dates habituelles d'avant la pandémie, du 17 au 28 mai, pourrait offrir une tribune à des cinéastes ukrainiens, ou à des Russes en rupture avec le régime de Poutine.

Après l'invasion, Cannes a immédiatement annoncé qu'il n'accueillerait pas de "délégations russes" officielles, mais pourrait inviter des cinéastes réputés comme Kantemir Balagov ("Tesnota"), 30 ans, qui a fui la Russie, ou son aîné Kirill Serebrennikov ("Leto"), 52 ans, enfant terrible de la création contemporaine qui doit faire, en tant que metteur en scène, l'ouverture du Festival d'Avignon.

Côté ukrainien, on pourrait compter sur le cinéaste Sergueï Loznitsa, qui a soumis un film sur la destruction des villes allemandes par les Alliés à la fin de la Seconde guerre mondiale.

Une vingtaine de prétendants à la Palme d'Or sont attendus en compétition, dix mois après l'édition de juillet 2021, qui avait sacré la Française Julia Ducournau pour "Titane". De grands noms seraient sur les rangs: les professionnels espèrent un retour en compétition de David Cronenberg, un film de science-fiction horrifique pour lequel il a rallié Viggo Mortensen, Kristen Stewart et Léa Seydoux, ou de l'Australien George Miller, le père de "Mad Max".

Sont également évoqués le Suédois Ruben Ostlund, Palme d'Or 2017 avec le grinçant "The Square", qui dissèque à nouveau les moeurs contemporaines dans "Triangle of Sadness", ou encore l'ambitieux projet de Terrence Malick sur la vie du Christ, avec Mark Rylance dans le rôle de Satan.

Peu de réalisatrices sont citées, si ce n'est l'Américaine Kelly Reichardt, prisée de la critique, ou les Françaises Rebecca Zlotowski ou Alice Winocour, chacune pour des films avec la Franco-Belge Virginie Efira, par ailleurs maîtresse des cérémonies d'ouverture et de fermeture cette année.

Cannes pourrait être tenté de jouer à nouveau la carte sud-coréenne, après avoir misé juste en 2019 en sacrant "Parasite" de Bong Joon-ho, qui remportait ensuite l'Oscar du meilleur film. Ce dernier pourrait revenir avec son dernier film, tout comme son compatriote Park Chan-Wook.

Si le cinéma français sera probablement une nouvelle fois bien représenté, les règles cannoises, qui excluent de la compétition les films de plateforme qui ne sortent pas dans les salles de cinéma françaises, devraient par contre écarter de la Croisette le film Netflix "Blonde", une relecture de la vie de Marilyn Monroe avec Ana de Armas.

Alors que les grands auteurs n'hésitent plus à aller sur les plateformes (Scorsese ou Jane Campion chez Netflix, bientôt Ridley Scott chez Apple...), et que les habitudes des spectateurs évoluent, Thierry Frémaux souhaiterait que cette règle change, mais les exploitants français, au conseil d'administration du festival, s'y opposent.

Très peu d'informations ont filtré jusqu'à présent sur cette 75e édition, la dernière du président Pierre Lescure, qui a annoncé passer la main en juillet à une juriste, Iris Knobloch, ex-WarnerMedia. 

Elle est marquée par la fin du partenariat avec Canal+, remplacées par un attelage France Télévisions/Brut, et l'arrivée comme partenaire de TikTok.

Hors compétition, le Festival a annoncé la présence de Tom Cruise, de retour dans le cockpit pour présenter, 35 ans après, une suite au mythique "Top Gun", et le biopic très attendu "Elvis" par Baz Luhrmann ("Moulin rouge").

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top