Maxime Busi n’a pas tardé à s’installer dans le onze du Stade de Reims

Ligue 1 |

On parle beaucoup de Wout Faes à Reims, mais un autre Belge est occupé à faire son trou en champagne. Le Liégeois Maxime Busi a rapidement trouvé ses marques dans la défense rémoise. De quoi envisager plus ?

De Pickx

Partager cet article

Révélé du côté du Sporting de Charleroi lors de la saison 2019-2020, Maxime Busi n’a pas mis longtemps avant d’éveiller l’intérêt des clubs européens. Ainsi, fin septembre 2020, après un excellent début d'exercice avec les Zèbres, le Liégeois s’envolait contre 7 millions d’euros pour l’Italie et plus précisément Parme. En Emilie-Romagne, le défenseur droit a découvert la Serie A dans un club qui a lutté toute la saison pour son maintien. Malheureusement, la Serie B était au bout.

Cette saison, Busi a donc œuvré durant le premier semestre au deuxième niveau italien, toujours avec Parme, mais avec un temps de jeu fortement réduit avant que la possibilité de retrouver l’élite ne se présente. Mais pas en Italie. C’est le Stade de Reims qui lui a offert la chance de renouer avec la première division. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ancien zèbre y a rapidement trouvé ses marques.

Titulaire

Arrivé au début du mercato hivernal dans la capitale du champagne sous forme de prêt, le Liégeois s’est vite adapté au football français et à la Ligue 1. Après des débuts en tant que remplaçant, il obtient sa première titularisation face au Paris Saint-Germain. Pourtant, malgré une défaite 4-0 des Rémois, Busi convainc Oscar Garcia, son entraineur, de l’installer comme titulaire.

Depuis ce match, Maxime Busi n’a plus quitté le onze du Stade de Reims, enchainant donc 8 titularisations de rang, ce qui ne lui était plus arrivé depuis le début de la saison 2020-2021 avec Charleroi. L’expérience acquise en Italie lui est bénéfique, et lui permet de s’imposer en Ligue 1, un championnat au niveau relativement élevé. "Je me sens mieux en Ligue 1 qu’en Italie", a-t-il confié à L’Avenir. "En France, il y a plus de un contre un. En Italie, il suffit que tu sois mal mis sur une action et c’est caisse. La Ligue 1 demande de faire plus d’efforts physiques, d’allers-retours, et c’est plus mon foot."

Les Diables en ligne de mire

Forcément, difficile de ne pas faire la comparaison avec ses équipiers Wout Faes et Thomas Foket. En accumulant les bonnes performances avec le Stade de Reims, les deux ont gagné leur place chez les Diables Rouges – sans pour autant en être des cadres indiscutables. Maxime Busi est-il occupé à suivre la même voie ? Si Reims se maintient (le club a actuellement 9 points d'avance sur le premier relégable), le joueur pourrait rester en Champagne et poursuivre sa progression.

Le défenseur rêve en tout cas de porter le maillot belge. Ne pas avoir été appelé pour les derniers matchs, alors que ses équipiers allaient affronter l’Irlande et le Burkina Faso l’a un peu fait tiquer, mais il reste réaliste. "Eux sont loin, très loin dans leur progression. Moi, nettement moins. Eux sont devenus des valeurs sûres de Ligue 1, moi pas, ou, en tout cas, pas encore. Je sais ce que je dois faire pour y arriver. M’installer dans la durée avec mon club et bosser sans relâche. Quand on bosse, tout vient à point à qui sait attendre."

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top