VALORANT : le streamer Jbzz quitte Mandatory

Esports | Le Français Jbzz a annoncé ce mercredi avoir quitté le roster de la structure de son collègue streamer Adrien “ZeratoR” Nougaret, Mandatory. En fin de saison régulière, l’équipe avait terminé à la dernière place du classement général.

De Proximus

Partager cet article

Le segment printanier vient de s’achever pour les équipes participant à la VRL France : Revolution, la ligue régionale française disputée sur VALORANT. Après la victoire des Sector One en grande finale face à Team BDS, c’est maintenant la période électrique du mercato qui s’engage en attendant la reprise de la compétition.

C’est dans ce contexte que le streamer Julien Dupré, plus connu sous le pseudonyme de Jbzz, a annoncé ce mercredi après-midi son départ de la structure Mandatory, fondée par son collègue streamer Adrien “ZeratoR” Nougaret.

C’est tout d’abord l’engagement demandé à tout joueur professionnel qu’a évoqué l’ex-animateur de Solary. Après les résultats décevants acquis en saison régulière, des discussions auraient eu lieu au sein de l’équipe sur le nombre d’heures de practice à faire par jour. Un horaire qui aurait été compliqué à combiner avec les activités de streaming que Jbzz continuait d’effectuer sur le côté.

Le pool d’agents joués par le Français constituerait aussi l’une des raisons invoquées. Jbzz est en effet connu pour être un grand amateur de Raze, une duelliste. Mais selon lui, celle-ci ne serait viable que sur quatre maps et le jeune joueur n’aurait pas trouvé d’autre agent à son goût. Un désavantage plus que certain face à des adversaires plus flexibles dans leur choix d’agents.

L’équipe Mandatory – © Mandatory

À partir d’aujourd’hui, Jbzz devrait donc remettre ses viewers et sa chaine Twitch au centre de son attention. Pour l’heure, aucune annonce n’a été effectuée par l’organisation pour annoncer le remplaçant de Jbzz.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top