Juicy, le duo qui mélange la musique savante au hip-hop des 90s

Musique |

Juicy, c’est avant tout le duo de chanteuses talentueuses Sasha Vovk et Julie Rens. Inspirées de sonorités hip-hop et R’n’B des années 1990 et 2000, ces deux nanas au look complètement décalé nous prouvent une fois encore que le paysage musical belge regorge de talents. Vous pourrez les retrouver ce vendredi à 16h45 sur la scène Pierre Rapsat aux Francofolies de Spa.

De Proximus

Partager cet article

Sasha Vovk et Julie Rens se rencontrent au Conservatoire Royal de Bruxelles, où elles ont appris à combiner la rigueur de la musique classique/jazz et leur péché-mignon pour les tubes 90s. Deux univers aux antipodes qui se marient pourtant à merveille quand la magie des deux fées opèrent. Pendant leurs études, elles sont repérées grâce à leurs reprises complètement éloignées et assumées de grands tubes du rap et R’n’B des années 1990-2000. Audacieuses, elles lancent leur premier EP en 2018, intitulé ‘Cast a spell’. Un an plus tard suit leur deuxième EP ‘Crumbs’. Elles enchaînent ensuite des dizaines de concerts partout en Belgique comme à l’étranger. Elles assurent également les premières parties de nombreux artistes tels qu’Angèle, Ibeyi, Grange ou encore Trixie Whitley. 

Leur succès fulgurant ne leur avait pas laissé le temps nécessaire pour la création d’un album. C’est alors que s’est installée la pandémie. En chômage forcé, elles ont pu se consacrer à leur art et aborder leur premier album pour enfin définir leur identité, après avoir expérimenté de nombreuses choses dans les E.P. En septembre dernier, elles ont encore mis à profit leurs deux identités musicales pendant les Nuits Botanique. Elles ont offert un show inédit en compagnie d’un orchestre mené par Denis Menier en combinaison avec leur voix et leurs claviers. Un set acoustique grandiose composé de 14 cordes et de flûtes. Un mariage exquis entre la musique savante et moderne. Au festival de Dour en 2019, les deux musiciennes avaient aussi proposer une palette musicale complètement étonnante pendant leur prestation. Faisant appel au trompettiste Thomas Mayade, elles avaient réarrangé complètement leur musique pour 13 cuivres. 


Des paroles lourdes

Toutes ces déclinaisons ambitieuses se retrouvent dans les treize chansons de leur premier album ‘Mobile’, sorti le 18 mars dernier. Le résultat donne un concentré inclassable post R’n’B aux influences jazz, soul, hip-hop avec de vrais instruments acoustiques sur des compositions électroniques.  

Derrière une musique énergique et dansante se cachent des textes très aboutis et lourds qui abordent des thématiques telles que l’inceste, la pédophilie, les violences conjugales, la féminité, le féminisme et un monde malade qui s’effondre. Rien n’est interdit en musique. Elles jouent sur le côté enfantin avec une berceuse dans ‘fall asleep’ par exemple. Sur la photo du single ‘Love When It’s Getting Bad’ traite de féminicide et on peut les voir le visage ensanglanté. Elles veulent déranger en gardant de la vitalité. Le visuel a son importance. Pour ce dernier titre, un très court métrage a vu le jour. Les morceaux ‘You Don’t Have to Know’, ‘Treffles' et ‘Youth’ ont aussi eu droit à une mise en vidéo très réfléchie. Sur scène, elles procèdent de la même manière en incarnant des personnages pour mettre en image de manière poétique leurs paroles déconcertantes. 

Retrouvez Juicy ce vendredi à 16h45 sur la scène Pierre Rapsat aux Francofolies de Spa.


Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top