Que peut-on attendre du match des Diables contre l’Irlande ?

Diables Rouges |

Une fois n’est pas coutume, les Diables Rouges disputeront deux matchs amicaux en ce mois de mars, avec l’Irlande comme première joute. A Dublin, Roberto Martinez et ses hommes débuteront leur préparation pour la prochaine Coupe du Monde. Aura-t-on droit à un match des plus classiques dès lors ?

De Proximus

Partager cet article

Ce 26 mars, les Diables Rouges seront à Dublin pour disputer une rencontre amicale face à l’Irlande. Petite particularité de ce match, ce sont sans les joueurs avec plus de 50 caps que les Diables se déplacent sur l’île d’émeraude. Et c’est probablement là l’unique originalité à laquelle on peut s’attendre de la part de Roberto Martinez.

Ce match lançant la préparation de la Belgique pour le prochain mondial qatari, qui aura lieu en novembre et décembre 2022, l’Espagnol jouera la carte du sérieux. On ne l’imagine donc pas tester un nouveau système, lui qui reste fidèle à ses principes depuis le second match de son mandat, en 2016. Le 3-4-3 habituel des Diables sera donc de mise. Il faut chercher ailleurs pour trouver ce qui fera la différence dans ce match.

Tester des back-ups

Martinez l’a dit, et il l’a fait : il n’a pas appelé les cadres de l’équipe nationale afin de donner du temps de jeu à des garçons qui ont plus souvent pris place sur le banc que sur la pelouse ces dernières années. Exit donc les joueurs avec plus de 50 caps. Cela ne veut toutefois pas dire que le sélectionneur a uniquement misé sur des jeunes sans expérience. Mignolet, Boyata, Benteke ou encore Batshuayi et Tielemans sont de la partie et permettront d’avoir un certain vécu sur le terrain.

Certains imaginaient un match amical pour découvrir de nouveaux talents, il n’en sera rien (ou presque). En écartant les cadres, Roberto Martinez s’offre la possibilité de donner plus de temps de jeu à ces joueurs qui seront amenés à endosser un rôle de back-up lors du prochain mondial. Il est donc important de travailler les automatismes dans un système qu’ils connaissent bien. C’est aussi une manière de leur donner confiance.

Quand même certains novices

Mais la sélection comporte également quelques noms dont l’expérience en équipe nationale est très limitée, voire carrément inexistante. On pense à Sambi Lokonga, Bornauw, Theate, Doku, Verschaeren et aux nouveaux Mangala et Van der Heyden. Ces joueurs sont eux l’avenir de l’équipe nationale à plus long terme, et ils pourront obtenir un temps de jeu conséquent, si pas contre l’Irlande, au moins lors du match suivant.

Face à une équipe connue pour son jeu physique typiquement britannique, ce sera un beau test pour ces Diables « U50 ». Ils ont ici une occasion quasiment unique de mettre la pression sur les habituels titulaires. Plus que le résultat, c’est ça qu’il sera important de voir : les prestations individuelles, d’une part, et l’osmose générale de ce groupe peu classique. Le futur de l’équipe nationale belge débute ce 26 mars en Irlande. 

Suivez les rencontres des Diables Rouges contre l’Irlande et le Burkina Faso sur La Une, ces samedi 26 mars (18h) et lundi 29 mars (20h45).

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top