D1B - Suspensions et cartes (Journée #25) : neuf suspendus!

Challenger Pro League | Pour cette 25e journée de compétition en D1B Pro League, il y aura du monde en tribunes. Outre trois exclusions directes le week-end passé, six joueurs ont également récolté la carte jaune de trop. Le point...

De Tagtik

Partager cet article

Maxim De Cuyper (2/2) et Pietro Perdichizzi (3/3) purgeront dimanche leur dernière journée de suspension pour la réception du Lierse au Kuipje. Christophe Janssens (KMSK Deinze) exclu la semaine dernière suite à deux avertissements est automatiquement suspendu pour une journée. Il manquera le déplacement à Virton ce vendredi.

Six joueurs ont reçu un cinquième carton jaune le week-end dernier et sont donc au repos forcé pour une semaine. Jordi Liongola (Lierse K.), Jenthe Mertens et Dries Wuytens (Waasland-Beveren), Jérémy Taravel (RE Mouscron), Aboubakar Keita (RWDM) et Kurt Abrahams (KMSK Deinze) ne joueront pas avec leurs équipes respectives.

De nombreux autres joueurs sont à un petit carton de la sanction. S'ils sont avertis ce week-end, ils passeront leur tour lors de la journée #26.

Voici leurs noms, club par club :

KVC Westerlo
Lyle Foster, Kouya Mabea, Rubin Seigers, Kyan Vaesen,

Waasland-Beveren
Daniel Maderner

RE Mouscron
Marko Bakic, Mario Angiulli

Lommel SK
Diego Rosa

RWDM
Zakaria El Ouahdi, Florian Le Joncour, Gilles Ruyssen

KMSK Deinze
Djihad Bizimana, Siebe Blondelle, Gaëtan Hendrickx, Raphael Lecomte, Dylan De Belder

Lierse Kempenzonen
Jordy Gillekens, Thibaut Van Acker

RE Virton
Jamal Aabbou, Ruben Droehnle, Amine Ghazoini, Jonas Vinck

Quatre joueurs en sont à 9 cartes jaunes cette saison et sont sous la menace d'une suspension de deux journées au prochain avertissement. Il s'agit de Louis Verstraete (Waasland-Beveren), d'Edisson Jordanov (KVC Westerlo), de Christophe Janssens (KMSK Deinze) et de Christophe Lepoint (RE Mouscron).

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top