Le Standard passe sous pavillon américain, que faut-il en attendre ?

Jupiler Pro League |

C’est fait. Bruno Venanzi a vendu le Standard de Liège (l’opération sera finalisée mi-avril) et quittera bientôt la présidence du club. C’est 777 Partners qui a raflé la mise. Que doit-on espérer de l’investisseur américain ?

De Proximus

Partager cet article

Après 7 ans à la tête du Standard de Liège, Bruno Venanzi a donc décidé de passer la main. Le bilan du Liégeois est très mitigé et sa position était devenue intenable à plus d’un titre : sportivement et financièrement, le Standard fonçait dans le mur. Les supporters ont longtemps réclamé son départ et c’est désormais acté. Le 15 avril, Bruno Venanzi ne sera plus le propriétaire-président du Standard puisqu’il a accepté l’offre des investisseurs américains de 777 Partners. Ceux-ci vont racheter 100 % des parts du club.

777 Partners est une société d’investissements américaine fondée en 2015 par Steven Pasko et Joshua Wander. Active dans de nombreux domaines comme l’aéronautique, les assurances ou les médias, la société l’est également dans le sport puisqu’elle possède plusieurs clubs de football, basket. En tout, ce sont 49 sociétés qui sont chapeautées par 777 Partners.

Réseau de clubs

Le Standard n’est pas le premier club racheté par la société américaine. Fin février, 777 Partners a acquis 70% du club brésilien de Vasco de Gama. En septembre dernier, c’est le Genoa qui est passée sous pavillon américain. Ils possèdent également une participation minoritaire dans le FC Séville (12%). Le Red Star Paris pourrait être leur prochaine cible. En quelques mois, ils ont donc passé la vitesse supérieur dans leurs investissements dans le monde du ballon rond.

L’idée derrière ces différents achats est de créer un réseau de clubs. Ils ne s’en sont d’ailleurs pas cachés. "Nous pensons qu’il y a beaucoup d’intérêts à avoir plusieurs clubs : avoir des équipes qui ont la même idée de jeu, la même façon de jouer, de s’entraîner… Cela peut permettre à des joueurs de passer d’un club à l’autre sans besoin de temps d’adaptation très long. Cela a beaucoup d’avantages. On peut aussi centraliser le scouting. On peut avoir plus de force sur des aspects commerciaux", expliquait Juan Arciniegas, manager général de 777 Partners en Europe, dans une interview à RCM juste après le rachat du Genoa.

Le Standard va donc retrouver une structure comme à l’époque de Duchatelet, quand les Liégeois étaient au centre d’une ramification menant à Ujpest, Alcorcon, Iena et Charlton. A la différence maintenant que c’est le FC Séville qui sera la tête de pont des opérations.

Développer le stade

Quelles seront les premières décisions américaines à Liège ? Il faudra attendre la conférence de presse de la mi-avril pour y voir plus clair, mais quand on regarde ce qu’ils ont fait en Italie, cela peut déjà donner une idée. Premièrement, c’est l’organigramme qui devrait être revu. Exit Bruno Venanzi, un nouveau président devrait être nommé. Un directeur sportif devrait également arriver à Sclessin. Belge ? Pas certain. Au Genoa, c’est un Allemand, Johannes Spors, qui a été nommé. Mais comme en Italie, les nouveaux propriétaires devraient conserver un ancrage local.

Le projet de rénovation de Sclessin ne sera pas non plus jeté dans la Meuse. Les Américains ont également racheté l’immobilière et devraient poursuivre le projet cher à Venanzi pour une simple et bonne raison : ils veulent un stade qui vit 365 jours par an, ce que voulait également le désormais futur ex-président du Standard. Toutefois, vu les difficultés financières rencontrées par le club, et la situation sportive catastrophique, il est possible que ce dossier ne soit pas le plus prioritaire.

Le sportif, justement, c’est là où beaucoup de supporters attendent des réponses. Les dernières saisons ont été une vraie pénitence pour eux, et ils aspirent à voir leur club rejouer le haut du tableau. Doit-on s’attendre à des gros investissements sur le marché des transferts ? L’idée de 777 Partners est d’investir dans des produits sous-développés. On imagine donc qu’à court terme, leur ambition sera de se qualifier pour la Champions League afin de faire fructifier le produit Standard. Et pour concurrencer Bruges, l’Antwerp voire même Anderlecht, il va falloir investir…

Suivez la Jupiler Pro League tout au long de la saison, et notamment Courtrai – Standard ce dimanche à 16h, sur les chaînes d’Eleven Pro League, disponibles dans le forfait Pickx Sports de Proximus.

Proximus Pickx propose dans son app (Android & iOS) et sur son site web proximuspickx.be un mode « interactif » lors des rencontres en UEFA Champions League, Jupiler Pro League et la D1B. Grâce à cette fonctionnalité, vous découvrez les compositions des équipes, les statistiques du match ou encore l’historique des rencontres, le tout en un seul clic ! Mais surtout, le lecteur vidéo interactif vous permet de revivre à votre guise les plus belles actions du match instantanément. Vivez les exploits de votre équipe favorite comme nulle part ailleurs et jouez votre propre VAR !

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top