Il était une fois un Diable : Davy Oyen

Football |

En cette année 2022, Proximus Pickx vous propose une nouvelle série consacrée aux Diables Rouges qui n’ont pas vraiment marqué l’Histoire. Internationaux le temps d’une poignée de sélections, ils figurent tout de même dans le grand livre de notre équipe nationale. Focus cette fois-ci sur Davy Oyen.

De Pickx

Partager cet article

Dans l’Histoire des Diables, il y a ceux dont on se demande encore comment ils sont arrivés là, et puis il y a ceux qui n’ont pas eu de chance. Davy Oyen fait un peu partie de cette seconde catégorie, même s’il a profité d’une époque où le talent était peut-être moindre. Reste que le défenseur a tout de même honoré 3 caps avec l’équipe nationale belge.

Il explose avec Genk

Formé dans le Limbourg, Davy Oyen découvre la D1 avec le Racing Genk lors de la saison 1993-1994. A l’époque, l’équipe limbourgeoise n’est pas encore un grand club et est d’ailleurs relégué en fin d’exercice. Belle surprise de Genk, Oyen n’a pas forcément envie d’accompagner son club en D2 et signe avec Saint-Trond, montant en D1. Toutefois, sa saison avec les Canaris n’est pas fabuleuse et il quitte le club après seulement un an pour revenir à Genk, qui retrouve la D1.

C’est vraiment à partir de là que son Histoire débute. Avec le club limbourgeois, il progresse fortement. En 1997, il découvre l’Europe, puis termine vice-champion en 1998 et gagne la Coupe de Belgique. Davy Oyen et Genk sont en pleine bourre, ce qui n’échappe pas à Georges Leekens qui convoque le joueur au mois d’avril pour un amical contre la Roumanie.

Oyen passe tout le match sur le banc, puis regarde le mondial depuis son divan. Transféré entre temps au PSV Eindhoven, il fait son retour chez les Diables en novembre et honore alors sa première cap, contre le Luxembourg. Au mois de février 1999, il est titulaire pour la première fois contre la Grèce.

Les blessures le freinent

Cependant, son année aux Pays-Bas n’est pas exceptionnelle et le joueur est prêté à Anderlecht pour la saison 1999-2000. Il y retrouve une place de titulaire, et reçoit une dernière convocation chez les Diables en octobre, à l’occasion d’un match en Angleterre. C’est à partir de là que la poisse vient lui jouer un mauvais tour.

Au mois de novembre, Oyen se blesse et voit sa saison se terminer prématurément. Anderlecht continue à croire en lui et prolonge son prêt d’une saison. Alors qu’il revient, il se blesse à nouveau et subit une nouvelle saison fortement amputée. Mais les Bruxelles sont convaincus de son potentiel et l’achète définitivement. Cependant, les blessures continuent à l’ennuyer et au bout de la saison 2001-2002, après seulement une vingtaine de matchs joués pour les Mauves, il tente de se relancer en Angleterre.

A Nottingham Forest, en D2, il ne s’impose pas et joue 9 matchs en deux saisons. Il effectue un retour en Belgique, en D2, du côté de Heusden puis Lommel. On le revoit en D1 le temps de deux saisons avec Roulers, de 2006 à 2008, mais sa dernière saison est un calvaire. Il terminera en D2, à Lommel, en jouant sporadiquement.

Fan de notre série ? Retrouvez le passage de Dominique Lemoine chez les Diables.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top