Un premier album longuement attendu pour notre artiste de la semaine Delv!s

Musique |

Après dix ans de carrière, Delv!s, l'un des plus grands talents de notre pays en matière de soul et de funk, est enfin prêt à dévoiler au monde son premier album, ‘blablablue’, un petit bijou musical qui souligne une fois de plus la classe intemporelle et internationale du chanteur, tout droit sorti de chez nous.

De Proximus

Partager cet article

La première fois que Delv!s, de son vrai nom Niels Delvaux, s’est fait entendre c’était en 2011 sur la chanson ‘Blend’ du groupe électro Uphigh Collective. Grâce à ce titre et complètement par hasard, il fait la rencontre de Selah Sue qui dans un bar s’est mise à jouer le morceau sur son téléphone portable. Le barman en question n’était autre que Niels Delvaux. La chanteuse aussi originaire de Louvain, accroche immédiatement et lui propose de se produire en première partie de ses concerts. Plus tard, il fera aussi l’ouverture de Jamie Cullum, Aloe Blacc et l’icône du blues Tony Joe White. Grâce à cela, Delv!s a eu l’immense honneur de voir son nom sur les affiches de festivals.

À partir de 2016, sa carrière a pris un autre tournant grâce à des tubes tels que ‘Tell me’ et ‘Come My Way’. Ce single disco-funk est même entré dans le top 10 des charts en Belgique. Il a atteint la première place dans les Airplay Charts 50 et a dépassé les 2,5 millions d’écoutes sur Spotify. Sa voix chaleureuse et rayonnante devient de plus en plus reconnaissable et décroche un contrat avec le célèbre label français ‘Because Music’ (Christine and the Queens, Justice, Selah Sue, Manu Chao…). Depuis, le monde semble être à ses pieds même si, très humble, il ne se sent pas à l’aise sous les feux des projecteurs. À ce moment-là, il est encore dans le flou concernant son avenir dans la musique. Sa carrière commence à se fixer lorsqu’il travaille sur l’EP ‘No Ending’ en 2017 avec l’auteur-compositeur Maxime Tribèche. Juste avant que la pandémie ferme les portes du monde culturel, le jeune chanteur flamand a le temps de jouer en solo dans plusieurs grandes salles de concert de Belgique et des Pays-Bas. Il se produit également au Pukkelpop, Eurosonic et au MaMa festival .

Une riche variété de styles

Il aura fallu dix ans au Jamiroquai flamand pour confectionner son premier album, sorti le 25 février dernier. Le public a de grandes attentes pour ‘Blablablue’. En consacrant de nombreuses heures de travail acharné, avec son ami et collaborateur Boris Van Overshee, ils ont réussi à produire un album de soûl imprégné de sons électro, funk, soul, blues et rock, mélangé à une vingtaine d’échantillons d’enregistrements en prise de sons réels dans la nature, des riffs de guitare très seventies combinés à la voix douce et unique du chanteur. De ce grand mélange de sons nostalgiques et modernes à la fois, ‘blablablue’ est un disque très actuel grâce aux paroles qui abordent de grandes thématiques contemporaines. Les douze chansons du disque sont toutes écrites par lui-même. On reconnaît déjà certains titres qui ont déjà été dévoilés l’année dernière. C’est le cas notamment de ‘Rebelman’, de ‘Walk Alone Track’ ou encore de ‘Tell Me’ ou de ‘Brother’ qui datent de ses débuts.



Malgré la distance temporelle entre les différentes compositions et les styles employés, le disque reste très cohérent dans son ensemble. C’est peut-être la voix de falsetto de l’imposant Delv!s qui permet d’unir tous ces morceaux ensemble. Il l’utilise tantôt dans un blues grondant sur ‘Money’, tantôt de manière très douce dans ‘So Much’. Mais la plupart du temps, on ressent de la mélancolie dans sa musique soul. Au final, ‘blablablue’ est un opus assez sombre. Il y parle d’une rupture amoureuse qui finit mal, de la pandémie du coronavirus. Il dénonce également notre société qui se base sur la performance et l’argent dans ‘Money’ ou sur notre insensibilité face à des images cruelles, comme celle du petit garçon syrien retrouvé mort sur une plage dans ‘Bad Trip’. Des sujets lourds qui poussent à la réflexion grâce à la sensibilité musicale de l’artiste. Bouleversant, réfléchi et parfois même festif, à vous de choisir.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top