Kim Mestdagh se dit heureuse en Italie: « J'ai trouvé ma place »

Basket |

Pour la première fois depuis 2015, aucun Mestdagh n'est impliqué chez les Belgian Cats : l'entraîneur national Philip n'a pas obtenu la prolongation de son contrat après l'été, sa fille aînée Kim a décidé d'arrêter (temporairement ou non) sa carrière internationale et la cadette Hanne n'a pas été appelée pour les prochaines qualifications pour la Coupe du monde. Kim, ambassadrice de Pickx Sports, ne se laisse pas abattre. Elle s'amuse beaucoup en Italie, où elle et son équipe Famila Basket Schio font bonne figure en Serie A et en Euroligue. Rencontre.

De Proximus

Partager cet article

« Bien sûr, je suis toujours les Cats », nous dit Kim Mestdagh depuis sa nouvelle maison dans le nord de l'Italie. « Cela fait un peu bizarre de ne pas voir de Mestdagh sur cette feuille de sélection, surtout que nous y étions habitués depuis si longtemps. Mais bon, dans mon cas, c'était ma décision. Bien sûr, je continue à m'intéresser aux Cats, c'est mon amour et mon chagrin depuis plus de dix ans. Je suis les sélections, je vérifie le programme,... Car oui, moi aussi je m’intéresse à ce qu’il se passe. Mais quand je vois leur programme de voyage chargé pour la prochaine campagne de qualification pour la Coupe du monde, je me rends compte, une fois de plus, que j'ai pris la bonne décision. Je ne regrette pas de ne pas avoir à faire ces dix vols en une semaine, ce genre de choses consomme beaucoup d'énergie ».

Êtes-vous toujours satisfaite de votre décision d'arrêter votre carrière internationale ?

Kim Mestdagh : « Oui. Parce que je sais que ce n'était pas une décision impulsive. En fait, le choix s'imposait à moi depuis un certain temps, mais je le reportais sans cesse parce qu'il y avait toujours de nouveaux objectifs à atteindre. Comme les Jeux olympiques : vous ne voulez pas les manquer, n'est-ce pas ? Je suis heureuse de voir qu'il y a une continuité, qu'il y a aussi de nouveaux visages, ce qui apportera une dynamique différente et un autre type de basket-ball de toute façon. Je suis très curieuse de voir l’évolution. Il y a certainement assez de qualité ».

Pendant ce temps, les choses se passent bien pour vous dans votre club Famila Basket Schio. Vous êtes invaincues dans la ligue italienne...

« Nous sommes effectivement en tête du championnat, même si certains matchs contre des équipes de premier plan ont été reportés. Le calendrier sera chargé pour rattraper tous ces matchs. Et en Euroligue, les choses vont bien aussi : nous avons une grande chance de terminer dans le top 4 et de passer au tour suivant, ce qui n'était pas le cas depuis longtemps pour le club. Nous devons encore aller deux fois à Istanbul, contre Galatasaray et Fenerbahçe ».

Et sur le plan personnel ?

« Je me sens un peu fatiguée, à cause de l'emploi du temps chargé et parce que j'ai eu le covid début janvier. Mais je ne peux pas juger dans quelle mesure cette infection m'affecte encore. À part cela, je suis satisfaite de ma saison jusqu'à présent. L'équipe est souvent renouvelée, entre autres en raison de blessures ou d'infections, de sorte que l’on joue beaucoup dans un match et moins dans le suivant. Cependant, j'ai un rôle clair en tant que tireur et cela me convient, j'ai trouvé ma place. La vie en Italie est également très agréable. Je joue ici avec ma petite amie (Giorgia Sottana, ndlr.), donc c'est pratique. Je n'aurais jamais quitté mon ancien club, Charleville-Mézières, pour autre chose. Parce que les choses sont beaucoup plus calmes sur le plan privé, je suis devenue mentalement beaucoup plus sereine, je le remarque. Comme si je pouvais maintenant construire quelque chose d'autre que le basket, ce qui était beaucoup moins évident tant que nous jouions dans des compétitions séparées. Nous sommes également en train de construire une maison ici dans la région, qui devrait être terminée bientôt. En février nous devrions déjà commencer à emménager certaines choses. Mais pour l'instant, nous allons continuer à vivre à Schio dans un appartement appartenant au club ».

Est-il conseillé de jouer dans une équipe avec sa compagne ?

« Sur le terrain, nous ne sommes que des coéquipières. Mais bien sûr, c'est agréable d'avoir à côté de soi quelqu'un en qui on peut faire confiance à 100 % et qui vous connaît parfaitement. Nous veillons cependant à ce que ça ne se remarque pas. Dans le contexte du club, je peux très bien faire la part des choses. C'était pareil avec ma sœur et mon père. Souvent, c'est même l'inverse qui se produit, c'est-à-dire que l'on devient plus distant pour éviter tout malentendu ».

Les analyses de match durent-elles parfois longtemps à table ?

« Parfois, cela peut devenir incontrôlable. Surtout avec une Italienne, les discussions peuvent être très animées (rires). D'un autre côté, il est instructif d'entendre une perspective différente. Et il est également utile que nous partagions les mêmes expériences. À distance, on ne peut pas dire ou faire grand-chose, alors que maintenant, nous pouvons vivre les hauts et les bas ensemble ».

Mariage en juillet

Ann Wauters, qui a également pris sa retraite des Cats et mis fin à sa carrière de joueuse, va maintenant relever un nouveau défi en tant qu'entraîneur adjoint du Chicago Sky, champion WNBA en titre. Attendez-vous un appel d'elle ou la WNBA est un chapitre clos pour vous ?

« C'est une grande opportunité pour elle. Et aussi pour Chicago. Ann a joué partout, sur différents continents, elle connaît l'Euro League et la WNBA. Elle peut être le lien entre les différentes cultures et mondes du basket. Chaque équipe devrait recruter quelqu'un comme elle. Personnellement, je considère que la WNBA est un chapitre clos. Je tire mon chapeau à toutes ces joueuses qui combinent des années de jeu dans un club européen avec la WNBA, parce qu'elles jouent alors toute l'année. Mais pour moi, c'est hors de question. Pour moi, ce cercle est complet, j'ai pu y goûter et conclure par un titre (en 2019, Mestdagh a remporté le titre WNBA avec Emma Meesseman chez les Washington Mystics, ndlr.). C'est bien comme ça. Je suis plus impatiente de passer cet été dans ma nouvelle maison en Italie ».

À juste titre. Vous aurez bientôt 32 ans, quelles ambitions avez-vous encore ?

« Mon contrat se termine ici en mai, donc il faut que j’attende de voir ce que le club va décider. De toute façon, les clubs italiens regardent d'abord ce qu'ils peuvent faire avec les joueuses italiennes et seulement après ils remplissent les places avec des renforts étrangers. Pour ma part, je veux continuer ici. J'ai 31 ans maintenant, donc je ne suis pas encore épuisée, surtout tant que je sens que les sacrifices en valent la peine. L'idéal serait de continuer à jouer pour Schio avec Gio, mais dans le basket, on ne sait jamais. Dans le passé, cela m'aurait rendue plus nerveuse, mais maintenant je prends les choses une année à la fois. Je sais aussi que je trouverai toujours un club si j'en ai envie. J’ai aussi, cette année, de grandes choses en perspective : je me marie en juillet ».

La Coupe du monde en Australie avec les Cats n'est pas quelque part dans le fond de votre esprit ?

« Non. Après avoir pris ma décision, j’ai eu une conversation avec le nouvel entraîneur national (le Français Valéry Demory, ndlr). Il m'a fait comprendre que la porte était toujours ouverte pour moi, mais je lui ai dit que je ne pouvais pas faire de fausses promesses et que je préférais ne pas trop parler de l'avenir. Il l’a compris, parce qu'il a été lui-même joueur et international et il m'a dit qu'il était assez conscient qu'il y a un moment où tout cela devient un peu trop. Ça m'a fait du bien de pouvoir clôturer ce chapitre de cette façon. Nous verrons bien. Je ne me mets pas la pression ».

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top