Les Etoiles Filantes : Dick Williams, l'iceberg infranchissable à l'US Open

Sports |

Le sport est souvent vecteur d’histoires uniques, et c’est encore le cas avec celle de Richard Norris Williams. De proche de l'amputation après le naufrage du Titanic à vainqueur de l’US Open, nous revenons sur le destin fou de ce tennisman dans notre série des Etoiles Filantes. 

De Proximus

Partager cet article

C’est un bond de géant que nous réalisons pour revenir au début du 20e siècle afin d’évoquer l’histoire de Dick Williams. Installé à Genève depuis des années, il décide avec son père de retourner au pays, aux Etats-Unis, en 1912. Le but est que Dick se consacre pleinement au tennis, tout en intégrant Harvard. Il faut dire qu’à l’époque, le tennis est un sport pour les jeunes de bonnes familles. 

Ce retour est retardé à cause de la rougeole contractée par Dick Williams. Père et fils décident alors de s’embarquer sur le Titanic en avril pour ce qui est un événement à l’époque. Le paquebot est le plus grand jamais construit et sa première traversée vers les USA est à ne pas manquer pour les gens ayant les moyens comme la famille Williams. Et pourtant, le matin même, le taxi se trompe de gare à Paris mais père et fils arrivent malgré tout à temps à Cherbourg pour embarquer sur le géant de la White Star Line. 

Du rêve au cauchemar 

En première classe, Dick Williams et son père côtoient le gratin à l’époque et sont même invités à la table du capitaine, Edward Smith. Tout se passe bien jusqu’à la dramatique soirée du 14 avril. Dans leur sommeil, à 23h45, ils sont réveillés par un énorme vacarme. Les moteurs sont à l’arrêt, le paquebot vient de heurter un Iceberg. Père et fils décident de se rendre sur le pont principal. La panique ne gagne pas les deux hommes, d’autant que 33 ans plus tôt, Charles Williams, se trouvait à bord du SS Arizona, qui a connu le même incident mais est resté à flots. 

Sauf qu’en avril 1912, c’est plus grave. Peu après deux heures du matin, les Williams père et fils sont projetés par-dessus bord. Une des quatre cheminées lâche et s’effondre sur le père Williams qui décède sur le coup. Voilà donc Dick Williams livré à lui-même.

L’instinct de survie

Avec d’autres personnes, ils s’accrochent à des débris mais pendant plusieurs heures, les jambes de Williams restent dans une eau à -4 degrés. La mort, il y pense comme échappatoire à cette souffrance mais il s’accroche jusqu’à l'arrivée du Carpathia, seul navire dans les environs. Victime d'une sévère hypothermie, le toubib présent sur ce bateau ne voit qu’une solution aux jambes violacées de Williams : l’amputation. 

C’est hors de question pour le jeune homme qui doit passer au-dessus de la douleur et se forcer à marcher pour relancer la circulation sanguine. "Quand je me suis levé, c’est comme si des milliers d’aiguilles me transperçaient les jambes" racontera Williams. Un homme va aider Williams: Karl Behr, un tennisman, idole de Dick, qui était aussi à bord du Titanic et qui, profitant de son statut de privilégier, avait pris place dans un canot de sauvetage. Behr accompagne Williams lors de ses séances de marche et quand le Carpathia atteint le port de New York, le 18 avril, les jambes sont sauvées. 

En route vers la gloire 

L’histoire fera que les deux hommes se retrouveront quelques mois plus tard en quart de finale du Longwood Bowl, un des plus prestigieux tournois de tennis des Etats-Unis. Williams s’incline mais les deux hommes ont noué un lien sans pour autant aborder le drame qu’ils ont vécu ensemble. Ils ne le feront que deux ans plus tard.

Williams avance dans le monde du tennis et remporte l'US Open 1914 en effaçant notamment Karl Behr sur son chemin. Dans les années qui suivent, Williams remporte un autre US Open mais aussi cinq Coupes Davis, notamment avec Behr. Il décroche aussi une médaille d'or olympique, en double mixte, lors des Jeux de Paris en 1924, malgré une cheville touchée. Il se retire du circuit à 44 ans et est intronisé au Hall of Fame du tennis en 1957. Il décédera en 1968, à l’âge de 77 ans au bout d’une vie bien remplie, entre drames et succès. 

Fan de notre série ? Découvrez Justin Gatlin, le paria doré.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top