Thomas Vermaelen, le patron au mental d’acier

Diables Rouges |

A 36 ans, Thomas Vermaelen a décidé de mettre un terme à sa carrière. Sans club depuis la fin de son aventure au Japon, l’Anversois a finalement fait le choix de raccrocher les crampons. Retour sur la carrière d’un joueur qui n’a jamais déçu.

De Proximus

Partager cet article

C’est une page qui se tourne, dans l’Histoire des Diables Rouges. Après la retraite de Kompany, il y a déjà 18 mois, c'est Thomas Vermaelen qui range son costume de joueur de foot. C’est le deuxième cadre de cette génération dorée des Diables à quitter les terrains. A 36 ans, le défenseur a donc opté pour le pas de côté, lui qui était sans club depuis quelques semaines.

Régulièrement blessé ces dernières années, et plus particulièrement lors de son passage à Barcelone, Thomas Vemaelen laisse peut-être l’image d’un joueur fragile à ceux qui ne vivent que dans le moment présent. Pourtant, l’Anversois a signé une très solide carrière et des matchs de haut niveau, même encore il y a peu avec les Diables. Sa force de caractère pour revenir après chaque souci physique était incroyable.

Leader aux JO

L’histoire d’amour entre Vermaelen et les Diables débute en 2006, à l’occasion d’un match au Luxembourg. Mais le début de carrière internationale du défenseur est surtout marqué, en 2008, par les Jeux Olympiques de Pékin. C’est le tournoi qui a amorcé l’émergence de la génération dorée actuelle.

En Chine, Vermaelen et ses équipiers ont montré aux yeux du monde que la Belgique regorgeait de talent et qu’il allait falloir compter avec elle dans le futur. C’est lors du tournoi olympique qu’on a pu voir que l’Anversois avait les qualités pour évoluer au plus haut niveau, avec des matchs de haute volée, en particulier face à l’Italie.

Quand Vermaelen devient Verminator

Après avoir débuté réellement sa carrière pro à l’Ajax, et au bout de 4 saisons pleines, Thomas Vermaelen fait en 2009 le grand saut vers la Premier League en signant chez un ténor du championnat anglais : Arsenal. Sans tarder, il s’installe dans la défense d’Arsène Wenger dont il devient l’un des joueurs les plus importants.

Son intransigeance défensive lui vaudra rapidement le surnom de Verminator. Une machine programmée à bloquer les adversaires. Ses qualités sont également managériales et Wenger nomme le Belge vice-capitaine en 2011 puis capitaine à partir de la saison 2012-2013. Et malgré ses pépins physiques, Vermaelen garde la confiance de son entraineur dès qu’il est apte à jouer.

Cadre des Diables

En 15 ans chez les Diables, Thomas Vermaelen n’aura jamais atteint la barre des 100 caps, la faute à des absences régulières pour cause de blessures. Malgré tout, Verminator affiche tout de même 85 matchs au compteur pour l’équipe nationale. Et dans ces 85 matchs sous la vareuse rouge, on vous met au défi d’en trouver un mauvais.

Car le défenseur avait le don, quand il jouait, d’afficher une régularité à toute épreuve. Pas étonnant d’ailleurs à ce qu’il ait porté le brassard de capitaine entre 2009 et 2011. Malgré son âge, malgré des qualités athlétiques en baisse, malgré la jeunesse face à lui, Vermaelen a toujours répondu présent avec brio. Lors du dernier Euro, son match contre le Portugal fut une master class. A lui tout seul, il a éteint Cristiano Ronaldo.

Sur la fin, beaucoup s’étonnaient de le voir encore appelé à chaque rassemblement de l’équipe nationale. Mais dès qu’il était sut le terrain, on comprenait le choix de Roberto Martinez. Vermaelen était un cadre dont le talent et l’expérience faisait un bien fou. Des qualités qu’on pourrait continuer à retrouver chez les Diables puisque l’ancien du Beerschot devrait devenir adjoint du sélectionneur espagnol.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top