Comment Madonna a trompé tout le monde avec 'Material Girl'

Musique | Le documentaire 'Madonna - Music in Review', à voir dans le catalogue VOD de Proximus, revient sur la carrière de la reine de la pop. Qu'est-ce qui fait d'elle une artiste si particulière ? Comment tant de ses chansons sont-elles devenues des classiques ? Comment 'Material Girl', sorti il y a exactement 37 ans aujourd'hui, est-il devenu l'un de ses plus grands succès ?

De Proximus

Partager cet article

En 1984, Madonna sort son deuxième album, 'Like a Virgin'. Un album provocateur qui donnera le ton pour le reste de sa carrière. Cet opus joue avec les limites entre décence, moralisme catholique, féminisme et débauche. Ce qui est particulièrement évident dans le single du même nom, dans lequel Madonna déambule dans Venise comme une lolita sensuelle. Mais 'Material Girl' a également fait grand bruit à l'époque. Il s'agit du titre d'ouverture du deuxième album, sorti comme deuxième single le 23 janvier 1985.

Il y a ce son inhabituel, ce riff de guitare aux sonorités métalliques, jusque-là rarement entendues dans la scène pop et certainement pas chez une artiste comme Madonna. Mais surtout, il y a les paroles, qui donnent tant de force à la chanson. Dans 'Material Girl', la jeune femme ne critique pas ouvertement le matérialisme, mais le tourne à son avantage en montrant comment une jeune femme indépendante peut jouer de sa sensualité pour obtenir les faveurs des hommes fortunés.

Un texte plutôt simpliste, penseront certains à la première écoute. Mais les plus attentifs ont remarqué un sens plus profond. Madonna chante "You know we are living in a material world", indiquant par là qu'elle n'est elle-même qu'un produit de la société dans laquelle elle vit. Son texte insinue en réalité le contraire du sens qu'on lui prête au premier abord : les auditeurs sont probablement biaisés par le préjugé selon lequel une personne comme Madonna n'est par définition intéressée que par l'argent et la célébrité.

Un double sens

Le double sens du morceau est parfaitement illustré dans le clip. On y voit différents admirateurs tenter de charmer l'artiste avec toutes sortes de cadeaux coûteux. Un producteur, qui lorgne également sur la pop star, remarque qu'elle y reste insensible et parvient à la séduire avec un simple bouquet de fleurs et une balade dans un vieux pick-up. Le message est clair : Madonna préfère les petites attentions à l'argent et aux cadeaux.

Dans les paroles, elle demande également un "proper credit" aux hommes et, par extension, au public. Certains ont pensé qu'elle parlait de crédit bancaire, mais ce n'est évidemment pas le cas : la chanteuse demande simplement à être reconnue comme une personne à part entière, et non comme une icône pop superficielle. Bien qu'elle-même ait toujours aimé jouer avec cette perception ambiguë tout au long de sa carrière.

Plus tard, Madonna s'est souvenue de ces deux tubes qui avaient fait polémique il y a près de quarante pas. "J'aimais les deux chansons parce qu'elles étaient ironiques et provocantes. Parce qu'elles étaient si éloignées de moi : je ne suis pas matérialiste... et je n'étais certainement pas vierge !"

'Madonna - Music in Review' est disponible jusqu'au 1er février dans le catalogue Proximus VOD. Vers le catalogue Proximus VOD ? Appuyez sur le bouton « On demand » ou « Shop » de votre télécommande ou accédez directement au catalogue Proximus VOD ici !

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top