Rencontre avec N’Landu Lubansu, un des acteurs principaux de la nouvelle série belge 'Fils De'

Séries | Proximus Pickx a rencontré N’Landu Lubansu, un jeune comédien prometteur qui tient un des rôles principaux aux côtés de Marka, Bwanga Pili Pili, Mara Taquin, Camille Pistone et Béatrice Dalle dans la nouvelle série évènement 'Fils De'. Cette co-production Proximus Pickx vous emmène dans la jungle bruxelloise et est à découvrir dès le 25 janvier sur Pickx Mix.

De Proximus

Partager cet article

'Fils de’ est une épopée urbaine et mythologique belge. Cette histoire, inspirée de faits réels, commence à Bruxelles. C’est le récit d’un père gangster, Franck Pistone, parti en cavale pendant 17 ans après avoir réussi le casse du siècle, il revient à Bruxelles pour se réconcilier avec ses enfants car il sent que sa fin est proche. Ce retour déclenche une dangereuse chasse au trésor - une pile de diamants - dans la jungle urbaine : Bruxelles. Dans la série, le comédien N’Landu Lubansu incarne César, un jeune de Matongé qui va être embarqué dans cette histoire chaotique. 

Quel est votre parcours avant 'Fils De’ ?

N’Landu Lubansu: "J’ai déjà tourné dans quelques courts-métrages avant de jouer dans ‘Fils De’. Ensuite, j’ai accompagné mon petit frère au casting organisé par Kadija Leclere pour le rôle de César, et au final, ils m’ont pris moi. Cette série m’a ouvert des portes et j’ai eu d’autres rôles depuis."

Votre petit frère l’a bien pris ? 

N’L. L.: "Oui oui, il est content pour moi, il est danseur contemporain dans beaucoup de spectacles à Bruxelles, et donc comme ce n’était pas pour danser ça l’intéressait beaucoup moins."

Qu’est-ce qui vous a plu dans ce projet ? 

N’L. L.: "C’était mon premier projet d’une telle ampleur, donc tout m’a directement intéressé. Voir comment fonctionne un plateau, découvrir tous les différents métiers. Et surtout, comprendre comment on incarne un personnage en le faisant évoluer jusque’à la fin à travers l’histoire qu’il vit, sans spécialement tourner les scènes dans l’ordre. En gros, j’ai découvert le métier de comédien, et j’ai adoré."

Dans 'Fils De', vous interprétez César, comment le décririez-vous ? 

N’L. L.: "C’est le fils de Matongé. Je le vois comme la ligne droite au milieu des problèmes, tout s’écroule autour de lui et c’est le seul qui garde la tête froide au milieu de tout ce chaos. En plus, il est en pleine crise d’adolescence, donc forcément il est tourmenté, c’est aussi l’âge où il se rend compte que les adultes aussi ont des failles, que ce soit sa mère, son père, ou son oncle."

La ville joue un rôle important dans la série, est-ce que vous connaissez bien Bruxelles ? Le quartier Matongé ?

N’L. L.: "Oui, j’ai toujours habité ici, donc je connais très bien Bruxelles et Matongé. Je pense que j’ai déjà été dans tous les lieux où on a tourné. Un des points forts de la série, c’est que les différents points de vue de Bruxelles vont aussi bien parler aux gens qui connaissent la ville, ils vont directement reconnaître certains endroits, tandis que quelqu’un qui ne connait pas Bruxelles va tout de même retrouver l’ambiance d’un film de gangsters."

Comment vous êtes-vous préparé pour le rôle de César ? 

N’L. L.: "J’ai d’abord relu le scénario plein de fois, je voulais travailler une évolution du personnage, qu’il commence d’une certaine manière et qu’il en ressorte autrement. Forcément, s’il fait une crise d’adolescence, il doit évoluer. C’est aussi un personnage à qui il arrive pas mal de coups durs, ce n’est pas le personnage le plus heureux, je suis allé rechercher à l’intérieur de moi pour lui donner le plus de profondeur possible. Ce qui était un avantage, c’est que je pense que j’ai fait ma crise d’ado pendant le tournage, donc sur certains points j’avais juste à être moi-même. Je n’ai pas encore vu le résultat final donc j’ai hâte de découvrir ça !"

Il y a pas mal de musique dans la série, notamment des artistes belges, vous écoutez beaucoup de musique ?

N’L. L.: "Oui, j’écoute énormément de musique, essentiellement du rap, quand je vois sur mon recap Spotify je dois être à six heures de musique par jour donc oui on peut dire ça. Je travaille dans la musique, j’aide des artistes en tant que directeur artistique dans les studios, notamment mon frère, Mimbi, dont le premier album va bientôt sortir. 'Fils De' m’a permis de rencontrer pas mal de monde dans le milieu de la musique aussi, donc on peut dire que c’est une bénédiction cette série."

Commet s’est passé le tournage ? 

N’L. L.: "C’était très intéressant, j’étais le plus jeune sur le plateau, j’ai pris ça comme une véritable chance d’apprentissage, j’ai appris de tous les comédiens, Éric Godon, Béatrice Dalle, c’était des claques. Moi j’étais là, tout jeune à regarder tout le monde, à comprendre comment tout fonctionnait. J’étais surtout heureux d’apprendre tous les jours, d’apprendre comment aller chercher à l’intérieur de soi-même et comment être juste dans mon jeu."

Quel est votre souvenir préféré du tournage ? 

N’L. L.: "Il y a une scène qui m’a particulièrement marqué, c’est une scène où César se dispute avec son oncle Isha. C’est le moment où j’ai senti que j’avais l’émotion à 100%, que je commençais à comprendre ce que c’était d’être comédien, et j’ai compris que je pouvais peut-être essayer d’en faire un métier."

Et pour la suite, quels sont vos projets ?

N’L. L.: "Je viens de terminer le tournage du film 'Le Paradis' de Zeno Graton, et ça s’est très bien passé. À côté je poursuis encore mes études aussi, et mon travail dans la musique. Mais si je peux, je vais essayer de me lancer à fond dans le cinéma, en espérant que ça fonctionne bien !"

A lire: 'Fils de', une épopée urbaine dans l’univers du hip-hop et de la jungle bruxelloise

Retrouvez ‘Fils de’ dès le 25 janvier, disponible dans l'option TV Pickx Mix. Pour célébrer cet événement, les clients Proximus peuvent bénéficier d’un mois d’essai gratuit. Prix de l’abonnement par la suite : 10,99 euros/mois. N’hésitez pas à regarder sur Pickx.be pour plus d’info !


Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top