Les demi-finales de la Supercoupe d’Espagne nous offre ce mercredi au King Fahd Stadium de Riyad, en Arabie saoudite, un Clasico entre le FC Barcelone et le Real Madrid. Un match qui peut ou lancer une carrière, ou lui donner un coup. C’est ce qu’il s’est passé pour le malheureux Predrag Spasic. 

Pour avoir une trace du passage éclair de Predrag Spasic au Real Madrid, il faut remonter à la saison 1990-1991. C’est à 25 ans, alors qu’il évolue au Partizan Belgrade et qu’il sort d’une bonne Coupe du monde en Italie que le Real, à la recherche d’un défenseur, est attiré par le Yougoslave. Mais en raison de sa calvitie, les dirigeants s’en écarte quelque peu avant de réaliser qu’il n’a que 25 piges. 

C’est un peu la surprise dans la presse espagnole qui voit débarquer ce gaillard d’1m90 que le journal Marca surnomme l’agent Spasic . Le joueur vit un rêve éveillé. "Le Real Madrid est le meilleur club d'Europe et le rêve de tout professionnel. C'est un honneur pour moi d'être le premier joueur du Partizan à signer ici. J'avais un an lorsque le club a gagné sa sixième coupe d'Europe, contre le Partizan justement?."

Agent double ?

Mais dès l’entame de l’idylle, cela ne se passe pas comme espéré et il est loin d’afficher le niveau qu’a été le sien lors de la dernière Coupe du monde. Les critiques s’abattent sur lui et les supporters s’y mettent également. Et le 19 janvier 1991, jour de Clasico, Spasic va bien rejoindre le classement des pires recrues des Merengues. 

Dans ce match à ne pas louper, le défenseur va tout simplement offrir la victoire… à Barcelone. Alors que le score est de 1-1, à la 62e minute, il dévie un centre local dans son but. Les supporters du Barça présent au Nou Camp vont même jusque’à scander son nom jusque’à la fin de la partie. "A ce moment-là, j'ai cru mourir. Le Camp Nou a été ma tombe comme joueur du Real. Jamais je n'oublierai le Camp Nou qui criait en chœur des ‘Spasic, Spasic, Spasic !'?" déclare-t-il au journal AS au début des années 2000. Après ce but, le défenseur terminera le reste de la saison sur le banc madrilène.

Une carrière plombée 

Spasic quittera la capitale espagnole à la fin de la saison est prendra la direction de l’Osasuna Pampelune durant trois saisons avant de partir vers Marbella où il ne jouera que cinq rencontres. Il terminera sa carrière en 1996 au Radnicki Belgrade. Une vie de footballeur qui a pourtant pris fin ce soir de janvier 1991 à Barcelone. 

"Tout a changé dans ma vie après ce fameux Barça-Madrid. C'était terrible pour moi. Je ne voulais pas la mettre au fond. Je le jure..." explique-t-il bien des années plus tard. Une erreur de casting pour le Real et une étape sans doute trop grande pour Predrag Spasic.