Pourquoi ‘Le Fanfaron’ a marqué l'histoire du cinéma italien

Cinéma |

Ce lundi, la comédie ‘Le Fanfaron’, qui parle d’une rencontre entre un séducteur invétéré et un étudiant timide, sera diffusée sur Arte. L’occasion pour Proximus Pickx de revenir sur ce grand classique du cinéma italien réalisé par Dino Risi.

De Proximus

Partager cet article

Le début du film peut nous paraître étrange aujourd’hui. Au volant de sa décapotable, un homme, Bruno, cherche à tout prix à passer un coup de téléphone mais impossible.  En même temps, nous sommes au début des années 1960 à Rome et le smartphone n’existe pas encore. Les rues sont désertes en cette journée du 15 août. Seul Roberto, un étudiant en droit, est présent. Et lorsque l’automobiliste croise son regard à travers sa fenêtre, il trouve la solution. L’étudiant accepte de lui prêter son téléphone. Dès lors, les deux hommes ne se quitteront plus.

Les plaisirs simples

‘Le Fanfaron’ se présente telle une satire de la société italienne euphorique de l’époque d’après-guerre. Le boom économique et la confrontation entre l’ancien et le nouveau monde n’y font pas exception. Diffusé en 1962, alors que le cinéma italien est à son apogée, le film sort du lot de par son renouveau. L’ère du néo-réalisme est révolue, faisant place à différents genres : mélodrame, péplum, western spaghetti et comédie de moeurs. Mais surtout, les plaisirs simples sont au centre.

L’âge d’or

Le réalisme, qui raconte des histoires de quotidiens modestes, ne séduit plus. Ce qui reste néanmoins, c’est cette passion pour le social, exprimée sous d’autres formes telles que l’ironie, le rire, la satire. De plus, les restrictions et la pauvreté liées à la guerre sont révolues, faisant place à une autre réalité : l’âge d’or.

Si le cinéma néo-réalisme a pu contribuer à éveiller les consciences grâce à des films tels que ‘Allemagne, année zéro’, 'le Voleur de Bicyclette’ ou ‘les Amants diaboliques', la comédie interroge les moeurs qui évoluent dans la société. ‘Le Fanfaron’ est l’un des films qui apportent ce vent de fraîcheur de par sa légèreté, tout en gardant un côté tragique. Les codes de la comédies populaires sont bien présents, sans oublier tout de même quelques subtilités liées au néo-réalisme. 

Deux visions

Dans ‘Le Fanfaron’, deux mondes se côtoient à travers ses deux personnages principaux: l’ancien (Vittorio Gassman) et le nouveau (Jean-Louis Trintignant). Le duo, Bruno et Roberto, incarne cette séparation. D’un côté, l’on retrouve la bourgeoisie traditionnelle et de l’autre, la jeunesse libertaire. Mais le réalisateur voit les choses autrement en inversant les rôles. L’homme mûr, Bruno, représente la liberté, tandis que, Roberto, est un garçon sage et timide qui mène une vie stricte. La découverte de la liberté et de l’insouciance est au centre de ce long-métrage, à découvrir ce lundi à 23h15 sur Arte.

Retrouvez 'Le Fanfaron' à 23h15 sur Arte ce lundi ou sur Pickx.be ou l'app de Proximus Pickx. Via TV Replay, vous pouvez regarder le programme jusqu'à 36 heures plus tard quand vous le souhaitez, ou également sur le site ou l'app 7 jours après sa diffusion !

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top