Un nouveau club belge sous pavillon étranger: au tour de Deinze

D1B Pro League | Après Lommel, Waasland-Beveren ou Westerlo, un nouveau club de D1B pourrait passer dans des mains étrangères : un accord de principe aurait en effet été trouvé entre le propriétaire actuel du KMSK Deinze et ACA Football Partners, un fonds d'investissement de Singapour.

De Tagtik

Partager cet article

"Après avoir géré le club seul pendant 11 ans, le président Denijs Van De Weghe a trouvé un partenaire qui professionnalisera le club et qui concrétisera les ambitions du KMSK Deinze avec l'actuelle direction", indique en substance le communiqué officiel. "Pour relever les challenges à venir du football professionnel, des investissements importants sont indispensables tant au niveau des joueurs que des infrastructures", explique en outre président Van De Weghe. 

"Le KMSK Deinze deviendra un club central au sein du modèle de propriété multi-club de l’ACAFP", poursuit le communiqué confirmant ainsi que le KMSK Deinze fera partie d'une galaxie de clubs européens regroupés sous la bannière du fonds d'investissement singapourien. Denijs Van De Weghe et son épouse, Kathleen Gevaert, resteront à leurs postes actuels au sein du CA et continueront à travailler sur le projet de nouveau stade.

le KMSK Deinze n'est pas le premier club à chercher le soutiens d'investisseurs étrangers. Récemment, des rumeurs persistantes ont fait état de discussions entre le RWDM de Thierry Dailly et John Textor, co-propriétaire du club de Premier League de Crystal Palace.

L'Union SG (via Brighton and Hove Albion et son propriétaire Tony Bloom), Lommel SK (via Manchester City et le City Football Group), Waaslannd-Beveren (via David Blitzer, autre co-propriétaire de Crystal Palace, Courtrai (Cardiff City), Ostende (Barnsley), OH Leuven (Leicester) ou le Beerschot (Sheffield United) sont aussi passé en tout ou en partie sous pavillon étranger ces dernières années.

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top