Il était une fois un Diable : Yassine El Ghanassy

Pour cette nouvelle année, Proximus Pickx vous propose une nouvelle série consacrée aux Diables Rouges qui n’ont pas vraiment marqué l’Histoire. Internationaux le temps d’une poignée de sélections, ils figurent tout de même dans le grand livre de notre équipe nationale. Focus cette fois-ci sur Yassine El Ghanassy.

On l’oublierait presque, mais Yassinne El Ghanassy est encore joueur de foot. Certes, le joueur est sans club depuis le 1er juillet 2021, mais tout de même. Et ce qu’on oublie même encore plus souvent, c’est que le joueur a été, l’espace de deux matchs, un Diable Rouge. Une trajectoire de carrière passée par les sommets autant que par les tréfonds qui fait de Yassinne El Ghanassy l’un des plus gros gâchis de l’histoire récente du football belge. Et dire que tout avait si bien commencé pour lui.

De la D3 à la D1

Yassine El Ghanassy, c’est d’abord l’histoire d’un joueur précoce. Il n’a pas encore 18 ans quand il effectue ses débuts dans sa ville natale, à La Louvière. A l’époque, on parle de la RAAL, qui évolue alors en Division 3. Pour le jeune Hennuyer, c’est l’aboutissement de 10 années passées au club, à y effectuer toute sa formation chez les jeunes.

Seulement, au bout de 6 mois et 6 matchs, El Ghanassy effectue le grand saut vers la D1 et direction La Gantoise. Nous sommes à l’été 2008 et le joueur est d’abord envoyé chez les Espoirs. Mais rapidement, l’ailier s’installe dans l’équipe, animant les flancs par sa vitesse et ses dribbles déroutants. En quelques mois, Yassine El Ghanassy devient un pion important de l’effectif gantois. A partir de la saison 2009-2010, il est un titulaire en puissance, preuve de sa digestion facile du gap entre la D3 et la D1.

Belgique ou Maroc, il fait son choix

International marocain chez les U20, El Ghanassy dispose en effet de la double nationalité. Toutefois, le joueur fait le choix des Diables Rouges, au moment où tout commence à se mettre en place avec la génération dorée actuelle. Les Hazard, De Bruyne, Mertens, Chadli, Witsel, Courtois et autres Lukaku commencent à faire leur trou et El Ghanassy espère bien en être également.

C’est en février 2011 qu’il porte pour la première fois le maillot belge, à l’occasion d’un amical joué à Gand contre la Finlande. Il doit ensuite attendre le mois d’août pour honorer sa deuxième cap, cette fois-ci contre la Slovénie. Ce sera la dernière fois qu’on verra le joueur avec les Diables sur la pelouse.

Des années à errer

Pour le joueur, c’est là le sommet de sa carrière. Après une saison 2011-2012 réussie, il tente l’aventure à l’étranger grâce à un prêt à West Brom. Mais ce passage en Premier League est un échec complet, puisqu’El Ghanassy ne fait pas une seule apparition. En janvier, direction Heerenveen, en Eredivisie, pour se relancer. Six bons mois plus tard, il est de retour à Gand.

Mais en janvier 2014, les Buffalos le prêtent aux Emirats Arabes Unis, à Al Ain. Il y joue à peine et revient encore à Gand qui ne compte plus sur lui. Au mois de septembre, sur une voie de garage, son contrat est rompu. Il devra attendre le mois de mars pour signer… en Norvège, à Stabaek. Une saison complète dans le grand nord qui lui ouvre les portes d’un retour en Belgique en janvier 2016, à Ostende.

Sur la Côte, il retrouve des couleurs. El Ghanassy n’a que 25 ans mais sa carrière est déjà douteuse. Après un an et demi, il atterrit à Nantes qui s’en séparera sous forme de prêt, tout d’abord, un an plus tard (Al Raed, Arabie Saoudite), puis en cassant son contrat en octobre 2019. El Ghanassy restera sans club jusqu’en mars dernier quand il signera un contrat avec Ujpest, en Hongrie. Un contrat qui a pris fin le 30 juin. Depuis, il attend.

 

Fan de notre série ? Retrouvez le portrait de Francky Vandendriessche.

Football

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top