Le bilan de Jeunechamps, une claque à retardement pour Scifo

Challenger Pro League | En battant Lommel samedi dernier, l'Excel Mouscron vient de signer une quatrième victoire en 5 matches et de prendre 16 points sur 21 sous la houlette de José Jeunechamps, qui a succédé à Enzo Scifo au Cannonier. Au même moment, ou presque, l'ex-Diable Rouge choisissait d'attaquer l'Excel en justice. Une pilule difficile à avaler pour les fans alors que le club est en grande difficulté financière...

De Tagtik

Partager cet article

Enzo Scifo a choisi d'attaquer son dernier club en justice pour obtenir le paiement de ses arriérés de salaire et c'est évidemment son droit le plus strict sur le plan légal et administratif. 

Si cette action en justice ajoute encore aux difficultés financières auxquelles le club hennuyer doit actuellement faire face et aux errements de son propriétaire, le timing est plutôt mal choisi par Scifo et ses avocats, car pour les supporters du club, la perception de cette affaire est évidemment que Scifo est en train de réclamer son dû pour une mission où il a totalement failli.

Depuis son départ, en effet, avec les mêmes joueurs et les mêmes menaces qui pèsent sur son noyau, José Jeunechamps a pris 16 points en 7 matches, quand Scifo avait pris 2 unités en 7 matches. De même, si Scifo affichait un bilan de 6 buts marqués pour 16 buts encaissés en 7 matches, Jeunechamps a complètement inversé cette tendance avec 14 buts marqués et 7 buts encaissés en 7 matches.  

Cet épisode judiciaire est donc malvenu pour les supporters et ne fera rien pour améliorer la réputation d'entraîneur de Scifo, déjà solidement écornée par son dernier passage au Cannonier. L'ancien international belge, 55 ans, avait repris le RE Mouscron cet été, son premier job après son départ de la sélection espoirs (U21) le 19 juillet 2016. Il a lancé sa carrière de coach chez les Zèbres avant de transiter par Tubize (2004-2006), l’Excelsior Mouscron une première fois (2007-2009), le RAEC Mons (2012-2013), l'équipe nationale U19 (2015) et les Diablotins (2015-2016). Son bilan à la tête de ces équipes et assez terne avec 46% de défaites et 19% de matches nuls pour à peine 35% de victoires en 177 matches sur le banc (source footballdatabase.eu).

Des statistiques qui sont à la hauteur de sa manière de travailler, que certains disent assez détachée. Peu présent avant et après les entraînements, trop gentil et donc faussement proche de son groupe, peu féru de préparation tactique ou d'analyse vidéos de ses adversaires, certains cadres du noyau mouscronnois n'avaient pas hésité à le qualifier de "pire entraîneur" de leur carrière au soir d'une défaite indigne en Coupe de Belgique à Mandel United. José Jeunechamps, T2 de Scifo en début de saison, s'était d'ailleurs désolidarisé de ses méthodes en quittant le club, avant d'être rappelé.

Le bilan de Jeunechamps, moins médiatique mais beaucoup plus travailleur, est depuis venu rappeler qu'il ne suffit pas de paraître et de s'appeler Scifo pour diriger et tirer vers le haut un groupe de 20 pros.

Désormais cinquièmes, les Hurlus peuvent même rêver d'un retour en D1A via les barrages après leur départ catstrophique sous la houlette de Scifo. Mais il reste quelques soucis financiers à régler. Et un bon résultat à aller chercher à Deinze samedi soir, avant une trêve bien méritée...

Regardez tout ce que vous aimez, où et quand vous voulez.

Découvrez Pickx Se connecter

Top

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top