Le très chanceux Steven Bradbury remporte le premier titre olympique australien aux Jeux d’hiver

Les Jeux olympiques sont une très belle vitrine pour les athlètes moins connus, qui pratiquent des disciplines méconnues. Un vrai réservoir à belles histoires comme c’est le cas pour Steven Bradbury. 

Australie et Jeux olympiques d’hiver, ce n’est pas forcément une association à laquelle nous pensons immédiatement. Les Australiens ont attendu jusque février 2002 pour décrocher leur premier titre olympique. C’est le très surprenant et inattendu Steven Bradbury qui a fait résonner l’hymne australien à Salt Lake City. 

C’est sur la patinoire du Delta Center de Salt Lake City que le patineur australien a forgé sa légende car oui, Steven Bradbury est devenu une vraie légende après son titre olympique décroché sur le 1000m en short-track. Une légende accompagnée d’une très grande dose de chance et de malchance tout au long de son parcours.

La malchance…

Steven Bradbury dispute ses premiers jeux en 1992 à Albertville en France. Il n’est que remplaçant mais son équipe est victime d’une chute et n’accède pas à la finale. Deux ans plus tard, il fait partie des favoris pour une médaille individuelle mais il est emporté par des concurrents qui chutent et repart les mains vides. Il glane néanmoins le bronze en équipe sur le relais.

En 1995, il chute lors d’une compétition à Montréal et la lame d’un autre patineur lui traverse le quadriceps. Il perd rapidement quatre litres de sang et est écarté durant 18 mois. Il revient pour les JO de 1998 mais loupe la qualification. Fin 2000, il tombe à l’entrainement : deux vertèbres de la nuque sont brisées. Les médecins lui disent qu’il ne pourra plus patiner… mais il veut goûter une dernière fois aux JO en 2002.

Et la chance !

A Salt Lake City, Steven Bradbury débarque à 29 ans et participe à toutes les distances de la compétition de patinage. Il réalise son exploit sur le 1000m et la chance lui sourit enfin. En quart de finale, il arrive troisième et doit être éliminé. Mais un concurrent est disqualifié pour une poussée et Bradbury réintègre la compétition. En demi-finale, alors qu’il est en retard sur ses adversaires, une chute à l’avant lui offre une place en finale. 

Le 16 février 2002, Steven Bradbury n’est pas favori face à Li Jiajun, Apolo Ohno, Ahn Hyun-soo et Mathieu Turcotte. En fin de course, l’Australien reste en retrait par choix tactique et pour profiter d’une éventuelle chute de ses concurrents. Et c’est ce qu’il va se passer. Les deux premiers cités vont tomber, entrainant les deux autres.  

Pour le travail accompli

Bradbury passe ses adversaires, alors au tapis, et remporte la course sans célébrer sa victoire. Il devient le premier champion olympique d’hiver de l’hémisphère Sud. Mais tout n’est pas si simple car les spectateurs présents le sifflent. Ils auraient bien évidemment préféré que l’Américain Ohno l’emporte…

Les juges délibèrent et maintiennent le résultat de la course. "Je n'étais évidemment pas le patineur le plus rapide. Je ne pense pas que je vais accepter cette médaille pour cette course d'une minute et demie que j'ai gagnée. Je vais l'accepter pour la décennie de travail qui m'a amené ici", explique Bradbury après son succès chanceux mais qui vient récompenser son travail ! 

Une fois de plus, dans le sport tout est possible !

Sports

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top