Les KRÜ Esports, engagés dans le VALORANT Champions, ont sûrement réalisé l’une des plus belles performances du tournoi en éliminant les Sentinels. Les Nord-Américains étaient pourtant considérés comme favoris de la compétition.

La compétition bat son plein au sein du Verti Music Hall de Berlin, qui accueille depuis une semaine le VALORANT Champions, point d’orgue du circuit compétitif mondial du FPS compétitif de Riot Games.

Si la compétition a pendant un moment été menacée par une montée du nombre de cas positifs au Covid-19 au sein des différentes équipes participantes, cette dernière a finalement été maintenue.

Un upset sur fond de revanche

Mais un évènement s’étant déroulé dans les derniers instants de la phase de groupes risque de marquer les mémoires. Dans le groupe B, les sud-américains de KRÜ Esports étaient opposés à l’équipe des Sentinels. Une rencontre que beaucoup voyaient tourner en faveur des nord-américains, considérés comme les favoris de la compétition après leur victoire aux Masters de Reykjavik.

Et pourtant, les KRÜ Esports ont su prouver que dans l’e-sport, rien n’est jamais joué. Les Sentinels ouvraient le score sur Fracture, s’imposant sur le score de 13-7. Mais les KRÜ n’étaient pas prêts à se laisser abattre si rapidement. La deuxième partie se lancait sur Haven. Malgré une légère avance des Sentinels, les KRÜ tenaient le coup jusqu’à finalement reprendre l’avantage et s’imposer. Un partout, c’est donc sur Bind que tout allait se jouer.

Les joueurs de KRÜ Esports après leur victoire – © Riot Games

Une troisième carte qui voyait à nouveau les Sentinels prendre de l’avance. Mais c’était sans compter sur le side d’attaque des KRÜ, au cours duquel ils se révélaient totalement. Ces derniers finissaient par mettre le coup de grâce aux Sentinels, qui s’inclinaient une nouvelle fois sur le score de 13-11.

Une victoire qui prend toute sa saveur quand on connait les provocations que certains des joueurs des Sentinels avaient lancé aux équipes sud-américaines un peu plus tôt dans le tournoi. Des déclarations qui avaient d’ailleurs choqué une partie de la communauté, considérant qu’elles faisaient preuve d’un certain manque de respect. Les Sentinels l’auront appris de la manière forte : un match se joue sur la carte, et non sur Twitter.