En lien avec la manifestation nationale sur le pouvoir d'achat couverte par un préavis de grève des syndicats, des renforts policiers ont été demandés lundi dans six prisons du pays, a indiqué dans l'après-midi la porte-parole de l'administration pénitentiaire Valérie Callebaut.
Ils concernent notamment les établissements pénitentiaires bruxellois de Saint-Gilles et Forest, qui ont été remués en fin de semaine dernière par une grève de 48 heures pour dénoncer la surpopulation carcérale et le manque de personnel. L'Observatoire International des Prisons a fait part de son inquiétude en ce qui concerne la limitation des droits des détenus en marge de cette période d'agitation syndicale.

Les autres prisons où un renfort policier a été demandé sont celles d'Arlon, Tournai, Gand et Wortel.

Il n'est question que de l'ordre de quelque cinq policiers par établissement, ce qui est faible, selon l'estimation de Valérie Callebaut. Ces renforts ne sont demandés que dans les établissements où le nombre d'agents tombe en dessous du seuil requis pour assurer le service minimum.