Les Tonga s’invitent pour la première fois au Jeux olympiques d’hiver grâce à Bruno Banani

Si vous avez déjà vu le film "Rasta Rockett", l’histoire de Bruno Banani devrait vous rappeler l’épopée de l’équipe de bobsleigh jamaïcaine aux JO d’hiver de 1988. Pour les Tonga, cette participation du lugeur reste exceptionnelle là où le rugby est roi. 

Bruno Banani, ce nom ne vous évoque sans doute rien et pour être honnête, c’est assez normal, sauf si vous avez suivi avec beaucoup d’attention les Jeux olympiques d’hiver 2014 à Sotchi. Vous pourrez alors identifier ce lugeur qui a terminé à la trente-deuxième place de la compétition. 

Mais au-delà de ce résultat, c’est surtout un symbole que porte Bruno Banini puisqu’il a été le premier athlète à représenter les Tonga lors des olympiades hivernales. 

Les Tonga, terre de rugby

Pour situer les Tonga, ou le royaume des Tonga, il faut regarder du côté de l’océan Pacifique. C’est en effet un état de Polynésie, réparti en trois archipels comportant plus de 170 iles et ilots avec comme capitale Nuku’alofa. Un peu plus de 100 000 Tongiens résident sur les 747 kilomètres carrés de ce royaume indépendant membre du Commonwealth. 

Pour la géographie, c’est réglé. Mais niveau sportif, les Tonga sont surtout réputés pour le rugby avec une équipe à XV qui a réalisé de bonnes Coupes du monde comme en 2013 en Angleterre et au pays de Galles. Un certain Jonah Lomu, véritable légende de Nouvelle-Zélande, a des origines tongiennes comme pas mal d’autres rugbymans réputés. Difficile donc d’imaginer quelqu’un participer aux Jeux d’hiver alors que le climat y est subtropical. 

La luge un peu par hasard

Mais revenons en au parcours de Bruno Banani ou plutôt… Fuahea Semi de son vrai nom. En effet, en 2008, alors qu’il étudie les technologies de l’information tout en jouant au rugby, Fuahea Semi est approché par une société de marketing qui veut l’embaucher pour une campagne publicitaire d’une société allemande de sous-vêtements.

Pour ce faire, le Tongien doit réaliser des démonstrations de luge. "Les îles Tonga cherchaient quelqu’un pour représenter le pays en luge, j’ai décidé d’y aller et de voir si ça me plaisait. Un jour, j’ai fait un essai et ils m’ont choisi. C’est comme ça que tout a commencé. C’est vrai que ce n’est pas très courant aux Tonga mais on m’a tout expliqué et on m’a dit que ça allait très vite. C’est la principale raison qui m’a fait franchir le pas. J’adore la vitesse."

Un patronyme qui fait débat

Il décide alors de changer de nom et de prendre celui de la société de sous-vêtements pour s’appeler Bruno Banani. Une décision qui n’a pas forcément fait plaisir aux instances sportives puisque le sportif a fait cela en échange d’une aide financière et d’une possibilité de s’entrainer avec l’équipe d’Allemagne. 

Celui qui carbure à la noix de coco comme on peut le voir sur ses combinaisons a réussi à se qualifier pour les Jeux olympiques d’hiver 2014 avec le résultat que l’on connait déjà. Mais l’important n’était pas là pour Bruno Banani avant tout fier et heureux d’avoir pu placer les Tonga sur la carte des Jeux d’hiver.

Une fois de plus, dans le sport tout est possible !

Sports

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top