Le Fonds monétaire international (FMI) envisage de réviser en baisse ses prévisions de croissance mondiale en raison du nouveau variant omicron qui se répand dans le monde, a indiqué vendredi la directrice générale de l'institution.
"Un nouveau variant qui pourrait se propager très rapidement peut ébranler la confiance et, en ce sens, nous assisterons probablement à des révisions à la baisse de nos projections d'octobre pour la croissance mondiale", a déclaré Kristalina Georgieva lors d'une conférence Reuters Next.
En octobre, le FMI avait déjà révisé en baisse ses prévisions de hausse du produit intérieur brut mondial à 5,9% cette année contre 6% en juillet, en raison des problèmes de logistique et une vaccination inégale.
Pour 2022, le FMI tablait alors sur une croissance mondiale inchangée à 4,9%.
Depuis octobre, le FMI a déjà laissé entendre que la croissance pourrait être moins soutenue que prévu alors que les goulets d'étranglement sur les chaines de production ne sont pas résorbés, provoquant une poussée inflationniste dans le monde.
"Avant même l'arrivée de ce nouveau variant, nous craignions que la reprise, bien qu'elle se poursuive, perde quelque peu de son élan", a commenté vendredi Mme Georgieva, soulignant que l'expansion des deux premières économies du monde, les États-Unis et la Chine, avait déjà été freinée par le variant Delta qui s'est répandu à la fin de l'été et l'automne.
Le FMI publie généralement des révisions de ses prévisions d'octobre en janvier.
Omicron, une version à forte mutation du coronavirus, a été signalé pour la première fois en Afrique du Sud le 24 novembre et est désormais présent dans plusieurs dizaines de pays.