Être champion avec les Bulls de Jordan, remporter le titre avec les Spurs de Greg Popovich avant de diriger la dynastie des Warriors avec trois titres NBA en quatre ans, c’est l’incroyable parcours sportif de Steve Kerr, dont le père a été assassiné au Liban.

Steve Kerr, c’est une vie bien remplie, faite de drames et de joie qui ont forgé un homme respecté de tous et reconnu comme l’un des meilleurs coaches de tous les temps en NBA. Mais peut-être que les plus jeunes ne savent pas qu’avant d’atteindre ce statut sur le banc, Kerr c’est aussi une très solide carrière de joueur. 

Né au Liban, il est le fils de Maclim Kerr, président à l’époque de l’Université américaine de Beyrouth. Steve y passe sa jeunesse avant de faire ses études en Californie. A 18 ans, en 1984, son père est abattu d’une balle dans la tête à quelques mètres de son bureau de l’Université Américaine de Beyrouth, au Liban, par deux membres du Hezbollah. Un drame pour la famille et Steve. 

Une force de caractère 

Quatre ans plus tard, les Wildcats d’Arizona de Steve Kerr rencontrent leur voisin d’Arizona State. Durant l’échauffement, des "supporters" des Sun Devils lancent des « Where’s your dad ? » au joueur. Des larmes coulent sur le visage du jeune meneur qui reste calme et répond sur le terrain : 22 points à 6/6 à trois points contre le rival. Là où beaucoup auraient explosé de colère, Steve Kerr a gardé son calme et agi, à l'image de sa personnalité. 

Kerr, c’est quelqu’un de très discret, qui, avec son physique frêle, ne donne pas l’impression d’avoir laissé une trace dans le basket, et pourtant. Après des débuts difficiles dans la grande ligue, il rejoint les Bulls de Chicago en 1993 et il fait partie de cette dream team aux côtés de Michael Jordan. Les deux hommes en étant même venus aux mains lors d’un entraînement. Il doit aussi accompagner Dennis Rodman dans ses moments difficiles et c’est notamment Kerr qui le remet dans le droit chemin. 

Une pluie de records 

Après trois bagues décrochées chez les Bulls et le record de 72 victoires sur une saison, il atterrit en 1998 chez les Spurs et ajoute deux titres à son palmarès tout en côtoyant une légende du coaching, Greg Popovich. Il prend sa retraite en 2003 avec le titre de tireur à 3 points le plus adroit en carrière (45,4 %). On comprend peut-être mieux l'alchimie avec Curry... 

Il est alors consultant sportif et ensuite coach en 2014 des Warriors de Golden State. La mayonnaise prend immédiatement et il devient le deuxième coach rookie de l’histoire à aller chercher un titre. Les Warriors, notamment avec un Stephen Curry explosif, qui améliorent à 73 succès sur une saison le record des Bulls. 

Deux autres titres viennent couronner un homme qui a, à sa manière, révolutionné le basket grâce à son style basé avant tout sur la communication avec son groupe. Qui de mieux que Greg Popovich pour conclure sur Steve Kerr au moment de le retrouver comme adversaire sur le banc : "Il n’y avait aucun doute pour moi. Il y a toujours des gars dans votre équipe dont vous sentez qu’ils ont une vraie intuition pour ce jeu. Steve est un leader naturel qui communique bien et qui possède une intelligence supérieure à la moyenne. Il aime la vie et s’entend bien avec tout le monde. On le sent à l’aise dans ce qu’il fait et bien dans sa peau. Il sait aussi se moquer de lui-même, ce qui est une caractéristique agréable." 

Si c’est le « Pop » qui le dit…

Suivez la NBA tout au long de la saison sur les chaînes d’Eleven Sports, disponibles dans l'option Pickx Sports de Proximus.

Ce weekend sur Eleven Sports :

Dimanche 5 décembre :

  • Cleveland Cavaliers - Utah Jazz à partir de 21h30 sur Eleven Sports 2