Les ministres des Affaires étrangères de l'Otan, dont la Belge Sophie Wilmès, rencontrent ce mardi dans la capitale lituanienne Riga des alliés alarmés par la concentration de troupes russes près de la frontière ukrainienne et par la crise migratoire à la frontière entre la Pologne et le Bélarus.
Le secrétaire général Jens Stoltenberg a exprimé à plusieurs reprises sa préoccupation face à la concentration inhabituelle de soldats russes près de l'Ukraine, alliée de l'Otan, ces dernières semaines. Il a déclaré vendredi que l'agression russe contre l'Ukraine entraînerait des "coûts".

Toute nouvelle "agression" russe contre l'Ukraine entraînerait une réponse "sérieuse", a pour sa part prévenu mardi à Riga le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken. "Toute escalade de la part de la Russie serait très préoccupante pour les Etats-Unis comme pour la Lettonie, et toute nouvelle agression provoquerait des conséquences sérieuses."

La Russie a annexé la région ukrainienne de Crimée en 2014, et soutient également les séparatistes dans les régions de Lougansk et de Donetsk - connues sous le nom de Donbass.

Le Kremlin a repoussé les accusations ces dernières semaines, affirmant qu'il peut déplacer des troupes sur son propre territoire à sa guise.

Aucune action immédiate ne devrait être décidée à l'issue de la réunion de mardi car les alliés veulent attendre de voir l'attitude de Moscou dans les prochaines semaines.

La crise qui perdure à la frontière entre la Pologne, membre de l'Otan, et le Bélarus préoccupe également l'organisation. Des milliers de réfugiés y sont bloqués depuis des semaines après y avoir été envoyés par Minsk - un allié de Moscou - en vengeance des sanctions occidentales.

La réunion à Riga se déroulera de mardi à mercredi.