L'ancien champion de tennis roumain Ion Tiriac (82 ans) a été débouté mardi par la Cour européenne des droits de l'homme dans sa plainte pour diffamation contre un article de presse qui dévoilait l'ampleur de ses dettes d'affaires en parallèle de sa fortune.
Le résident monégasque, devenu homme d'affaires, est considéré comme l'une des personnes les plus riches de Roumanie, dont il fut aussi le président du Comité olympique.

L'ancien champion de double et manager d'athlètes (Guillermo Vilas, Boris Becker) jugeait diffamatoire un article de 2010 du quotidien national Financiarul qui dénonçait la dette envers l'État des 15 personnes les plus riches du pays, dont lui-même.

L'article précisait que sa fortune de 900 millions d'euros n'était "pas suffisante pour couvrir les trous [laissés] dans le [budget] de l'État" par ses participations dans plusieurs sociétés endettées.

Débouté devant les juridictions roumaines, Ion Tiriac s'était pourvu devant la Cour européenne des droits de l'homme, qui l'a débouté à son tour ce mardi. La haute juridiction basée à Strasbourg a confirmé que l'article était d'intérêt public, ne touchait pas à la vie privée du requérant, qu'il n'y avait pas eu de mauvaise foi de la part du journaliste ni de répercussions perceptibles sur la vie du requérant.