Une mobilisation surprise organisée en front commun par les syndicats des centrales nucléaires de Tihange, de Doel, et des cadres bruxellois d'Engie, a rassemblé, mardi, entre 200 et 300 personnes devant le cabinet de la ministre fédérale de l'Energie, Tinne Van der Straeten.
Les travailleurs contestent la fermeture programmée des centrales nucléaires en 2025, et craignent un "désastre social et énergétique". Ils ont tenu à se faire entendre, alors même que la ministre doit remettre mardi à ses collègues du gouvernement un rapport sur la sécurité d'approvisionnement énergétique du pays et le prix de l'énergie après la sortie du nucléaire. Une première réunion sur le sujet, en comité ministériel restreint, est programmée vendredi.

Des représentants des manifestants doivent être reçus dans la matinée par des membres du cabinet.