La ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, a formulé lundi une proposition aux syndicats policiers, qui réclament une revalorisation salariale et des aménagements de fin de carrière pour les membres de la police intégrée, qui a été accueillie avec réserve par le syndicat socialiste CGSP.
Mme Verlinden (CD&V) a, lors d'une réunion de deux heures, notamment proposé de maintenir le régime NAPAP (non activité préalable à la pension, le régime d'aménagement de fin de carrière propre aux policiers, qui doit être supprimé après 2022, ndlr), a-t-elle annoncé dans un communiqué.

"Le régime NAPAP sera maintenu, sous réserve d'efforts visant à maintenir les personnes en activité plus longtemps. Ce point s'inscrit dans la politique de la ministre visant à renforcer l'attractivité de la police en tant qu'employeur. Cette attractivité vaut aussi bien pour le début que la fin de carrière", a-t-elle ajouté.

Se déclarant désireuse de conclure un nouvel accord sectoriel, Mme Verlinden a aussi présenté "les grandes lignes d'une solution possible, tant sur le plan financier que sur celui du calendrier". "Ces efforts constituent en effet un investissement dans l'attractivité de la police. Plus de policiers signifie plus de personnel motivé et une meilleure répartition de la charge de travail", a-t-elle expliqué.

La discussion se poursuivra le jeudi 2 décembre.