Elle ne vous dit rien ? Impossible ! À 21 ans à peine, la jeune auteure, compositrice et interprète Doria D est devenue le nouveau phénomène de la scène musicale belge. Son premier titre ‘Dépendance’ connaît un succès retentissant grâce à TikTok et aux plateformes de streaming. Pendant des semaines, son titre a inondé nos ondes radio en 2021.

Restée dans le top 10 des morceaux les plus écoutés en Belgique francophone durant pas moins de 11 semaines, Doria D a fait une entrée fracassante dans le monde de la musique. Ajoutons à cela 6 millions de streams et plus d’un million de vues sur YouTube. Une ascension fulgurante pour la native de Louvain-la-Neuve qui était encore inconnue il y a quelques mois. Son succès dépasse les frontières belges puisqu’elle est même programmée en France sur NRJ, Virgin Radio et Fun Radio. Elle est donc à ça de devenir la Angèle de demain dans son propre style.

On risque d'être accro

La ballade pop rythmée ‘Dépendance’ parle de l’amour comme une drogue. Elle y chante son vécu, celui d’un amour toxique: “T’es comme une drogue tu le sais, tu me dérobes je cède”. En janvier 2021, la jeune femme à la voix éraillée publie l’une de ses premières vidéos sur TikTok elle y explique que "Parfois l’amour ça fait mal" et comment elle a écrit son futur hit. Et contre toute attente, elle devient une artiste en plein vol et fait exploser les compteurs avec plus de 1,8 million de vues sur le réseau social.



De son vrai nom Doria Dupont, elle baigne dans la musique depuis son plus jeune âge. C’est sa grand-mère qui l’éveille au chant en lui demandant de l’accompagner en maison de retraite pour des animations musicales. Elle apprend ensuite à jouer à la guitare et commence à écrire ses propres textes. Influencée par Billie Eilish, Lana Del Rey et des artistes de la scène rap francophone tels que Nekfeu et Lomepal, elle mélange textes mélancoliques, qui s'inspirent de ses expériences de vie, avec des mélodies rythmées.

Lorsqu’elle ne compose ou n’écrit pas ses chansons, Doria D fait des reprises. Elle y prend le soin de toujours ajouter sa touche personnelle afin de nous plonger dans son univers musical aux textes percutants. Pour son deuxième single, la jeune artiste revisite ‘Jeune et con’, un tube de Saez qui avait marqué les années 2000. Avec ce cover, elle annonçait son tout premier EP composé de cinq titres. Cet été, la révélation de l’année a enfin pu partir à la rencontre de son public et s’est produite sur les plus grandes scènes de festivals belges. Des débuts incroyablement prometteurs qui nous poussent à croire qu’on n’ aura pas fini d’entendre parler d’elle de sitôt.