Si les Belgian Cats attirent, à juste titre, tous les regards dans le monde du basket depuis ces dernières années et surtout depuis cet été, leurs collègues masculins s'en sortent également bien. Et dimanche après-midi à la mons.arena, lors d'un match de qualification de haut niveau pour le Mondial 2023 contre la grande Serbie, ils auront une excellente occasion d'être à nouveau sous les feux de la rampe.

Les Belgian Lions, notre équipe nationale de basket-ball masculine, participent à tous les championnats d’Europe depuis 2011. L'année prochaine, à Berlin, ils seront là aussi, pour la cinquième fois consécutive. Sous l'impulsion de Dario Gjergja, l'entraîneur croate à succès qui a mené le BC Ostende au titre national pendant dix années consécutives, les Lions surfent sur une nouvelle vague. Pour la première fois depuis longtemps, ils peuvent rêver d’une qualification pour les championnats du monde.

Depuis 1952, la Belgique tente de se qualifier pour le championnat du monde. Sous la direction de l'entraîneur Eddy Casteels, notre équipe nationale a mené une politique stable entre 2005 et 2018 avec, comme mentionné ci-dessus, des qualifications successives pour le championnat d’Europe. Mais la Coupe du monde est toujours restée un rêve lointain. Avec la nomination de Gjergja comme entraîneur il y a trois ans, les ambitions ont été revues à la hausse. Ce qui est surprenant en soi, car là où Casteels avait à sa disposition des joueurs évoluant dans de grands clubs (Didier Mbenga aux LA Lakers, Axel Hervelle et Tomas Van Den Spiegel au Real Madrid, Matt Lojeski à l'Olympiakós), la génération actuelle mise, quant à elle, sur le collectif. Avec seulement Sam Van Rossom (Valence) et Retin Obasohan (Hapoel Jérusalem) comme pièces maîtresses.

Mais le basket collectif est justement la philosophie avec laquelle Gjergja a construit son succès à Ostende. Beaucoup de rotations, des buteurs variés et surtout, une défense serrée et agressive. C'est ainsi que les Belgian Lions ont remporté leur poule de qualification pour le championnat d’Europe au début de l'année, devant la Lituanie, un pays qui propose un basket de haut niveau. Les Belges ont l’ambition de continuer sur cette voie en tentant de se qualifier lors de ces éliminatoires pour la Coupe du monde 2023.

Une première victoire convaincante contre la Slovaquie

Cette qualification se déroule en deux phases de poule. Lors de la première phase, la Belgique a été placée dans un groupe avec la Slovaquie, la Serbie et la Lettonie. Jeudi dernier, les Lions ont facilement remporté leur premier match contre la Slovaquie 57-83. Match qu’il fallait absolument gagner car les Slovaques sont en principe l'équipe la plus faible du groupe. Cette large victoire pourrait s'avérer décisive dans le décompte final puisque seuls les deux premiers de chaque poule accèdent à l'étape suivante. Notons que la Lettonie est estimée d'un niveau similaire à la Belgique. Mais la Serbie fait figure de favorite absolue, elle a en effet remporté une médaille d'argent à la Coupe du monde 2014 et aux Jeux de 2016.

Gjergja et ses joueurs passent ainsi un test crucial ce week-end. Les Serbes se déplacent ce dimanche à la mons.arena. Mais ils seront privés de leurs stars de la NBA puisqu'elles ne seront pas libérées pour cet événement international. Donc pas de Nikola Jokic (Denver Nuggets), le Most Valuable Player de la NBA la saison dernière, mais aussi pas de Boban Marjanovic (Dallas Mavericks), Bogdan Bogdanovic (Atlanta Hawks) ou Nemanja Bjelica (Golden State Warriors). Mais il faudra garder un œil sur Miloš Teodosic, ancien joueur des LA Clippers. Si la défense des Belgian Lions se montre solide et parvient à le contenir, les Belges pourraient alors faire un pas important vers la réalisation de leur rêve de Coupe du monde.