Moyen de locomotion propre et pratique pour les uns, cauchemar "hyper dangereux" pour les autres, les trottinettes en libre service seront limitées à 10 km/h dans le centre de Paris "dès la première quinzaine de décembre", excepté sur certains grands axes, a annoncé jeudi la maire socialiste de la capitale française, Anne Hidalgo.
Dans toutes les "rues adjacentes", les trottinettes seront bridées automatiquement à 10 km/h, tandis que les axes majeurs, notamment ceux disposant de pistes cyclables sécurisées, conserveront leur limitation à 20 km/h, a précisé la mairie.

Outre les pistes cyclables, les rues où la circulation automobile reste autorisée à 50 km/h seront exemptées de limitation, tout comme les voies de bus où les vélos sont autorisés.

Cette "commande" a été passée mercredi par la Ville aux trois opérateurs présents dans la capitale. Ceux-ci avaient déjà décidé de brider à distance la vitesse de leurs appareils dans plus de 700 secteurs de la capitale mais la mairie estime qu'un tel zonage est difficilement compréhensible des usagers de trottinettes.

Pour les trottinettes personnelles, la mairie parisienne a reconnu ne pas disposer de moyens d'action puisqu'elles ne sont pas régies par les opérateurs.

À Paris, les trottinettes ont été responsables de 298 accidents depuis le début de l'année, causant deux décès et 329 blessés. L'an dernier, 375 accidents avaient été recensés, dont un mortel. Fin juin, après la mort d'une Italienne de 32 ans, percutée par une trottinette électrique sur une allée piétonne, la mairie de Paris avait menacé les trois opérateurs privés autorisés sur son territoire de ne pas renouveler leur contrat s'ils ne faisaient pas des progrès sur la limitation de la vitesse et le stationnement.