La Coupe Davis a toujours relevé de cette magie où les petits pays pouvaient battre les plus grands. En 2017, la Belgique, loin d'être favorite, en a montré un nouvel exemple en s'en remettant à un Steve Darcis de gala pour prendre le dessus sur l'Allemagne d'Alexander Zverev.
La belle histoire commence par une tragédie. Avant d'affronter l'Allemagne pour une place en quart de finale de la Coupe Davis 2017, la Belgique apprend le forfait de David Goffin. Son meilleur élément préfère, en effet, prendre une semaine de repos et se consacrer à sa récupération pour les grosses échéances qui l'attendent. À ce moment-là, on ne donne pas cher de la peau des petits Belges emmenés par le seul Steve Darcis face au jeune espoir allemand Alexander Zverev, son frère Mischa et le toujours très solide Philipp Kohlschreiber. Pourtant, l'impensable va se produire.

Un exemple à suivre

Steve Darcis fait partie des rares spécimens dans le monde du tennis à avoir toujours donné la priorité à son pays par rapport à sa carrière individuelle. Tout simplement car les rencontres internationales lui procurent un sentiment indescriptible qu'il ne retrouve nulle part ailleurs. Le valeureux Liégeois décide ainsi de sacrifier les tableaux de Quimper et de Budapest pour défendre les couleurs de la Belgique. Alors qu'il aurait pu envisager intégrer le top 50, il veut mener les jeunes Joris De Loore et Arthur De Greef vers un exploit historique à Francfort.

Dans un premier temps, Steve Darcis montre ainsi la voie à ses compatriotes en prenant d'entrée de jeu le dessus sur Philipp Kohlschreiber. Mené 3-0 et 0-30 dans la manche décisive, le Sprimontois puise déjà dans ses réserves mentales et physiques pour offrir un premier point à la Belgique. Après une défaite logique d'Arthur De Greef  face à Alexander Zverev, inexpérimenté dans cette compétition, la paire Bemelmans-De Loore dompte les frères Zverev lors du double et permet à la Belgique de se rapprocher à un seul point d'une qualification pour les quarts de finale. Le plus dur reste à faire cependant avec des confrontations à venir le dimanche qui, sur papier, sont déséquilibrées.

Mister Coupe Davis insubmersible

Face à un véritable mur, à la Fraport Arena, Steve Darcis va pourtant livrer une partition héroïque. Le numéro un allemand Alexander Zverev débute tout d'abord le match tambour battant en s'envolant rapidement à 6-2, 2-0. Alors que tout le monde imagine une exécution en bonne et due forme, l'expérience de Mister Coupe Davis va entrer en jeu face à la nervosité de Zverev qui, petit à petit, ne trouve plus la solution pour contrer le défi technique proposé par le Liégeois. À coup de revers slicés, Steve Darcis renverse la rencontre et s'impose finalement en quatre sets au bout de 3h05 de suspense insoutenable. Grâce à cet exploit historique, la Belgique est qualifiée !

"La grosse différence, c’est que nous avions un team alors que l’Allemagne avait des individualités", déclarera par la suite le héros du weekend. "C’est vrai que l’expérience m’a beaucoup aidé. Alexander Zverev sera un jour top 5 mais il doit encore apprendre ce que c’est de jouer en Coupe Davis", prédira-t-il ensuite avec justesse. Cette année-là, la Belgique réalisera deux nouvelles grosses performances face à l'Italie et l'Australie avant de tomber en finale contre la France. Diminué physiquement, Steve Darcis ne pouvait alors pas véritablement défendre ses chances. Un crève-coeur pour celui qui incarnera encore pendant longtemps l'esprit Coupe Davis.

Une fois de plus, dans le sport tout est possible !