L'armée belge, soucieuse de conserver son expérience africaine - et notamment une capacité à opérer en conditions tropicales -, entame lundi un vaste exercice au Gabon qui rassemblera jusqu'au 14 décembre 700 militaires issus de trois de ses quatre composantes et dotés d'hélicoptères et d'un avion, a-t-on appris vendredi auprès de la Défense.
Cette quatrième édition d'un exercice biennal baptisé Tropical Storm, est "un entraînement conjoint multifacettes en climat équatorial qui contribue à la transition de notre capacité de préparation aux opérations spéciales, cette fois en mettant fortement l'accent sur la "reconnaissance spécialisée", a indiqué le service de presse de la Défense à l'agence Belga.

Cette période d'entraînements est organisée principalement par le Special Operation Regiment (SOR, qui chapeaute les unités para-commandos). Elle doit permettre aux militaires de s'aguerrir dans différentes techniques spécifiques comme une entrée dans une zone par parachutage ou par atterrissage aérien rapide, des opérations amphibies en mer ou sur rivière, des opérations à pied et des ravitaillements par air pour les troupes déployées au sol, a-t-on précisé de même source.

Selon l'armée, les conditions climatiques et les différents terrains existant au Gabon offrent "une opportunité exceptionnelle" pour entretenir et parfaire son expérience et son savoir-faire.

En ce qui concerne le matériel, ce sont 180 véhicules (camions, pick ups, ambulances?) et remorques (groupes électrogènes?) qui seront déployés par voie maritime, tout comme des bateaux - six gros Zodiac de type MKVI et quelques plus petites embarcations Sillinger. 

La zone de l'exercice s'étendra des environs de Libreville, la capitale gabonaise, à Ndjolé et Lambaréné (centre).