John Wall ou 44 millions de dollars qui restent sur le banc chez les Rockets

La franchise de Houston est en pleine reconstruction après des années à jouer le titre avec James Harden. Mais le processus risque de prendre du temps, d’autant que financièrement, les Rockets doivent composer avec l’un des pires contrats de la NBA : celui de John Wall (en tenue civile sur la photo). 

La saison dernière, les Rockets ont entamé une vraie reconstruction. Il faut bien se dire qu’il y a un an, la franchise texane pouvait encore s’appuyer sur James Harden et Russel Westbrook alors qu’elle accueillait Stephen Silas sur son banc. Mais tout allait petit à petit exploser. Déjà, des rumeurs faisaient état de l’envie de départ de Harden. 

Si le Barbu partira un peu plus tard dans la saison, le 2 décembre 2020, on apprend que Westbrook est envoyé aux Wizards contre John Wall. Presqu’un an plus tard, alors que le MVP 2017 évolue à Los Angeles chez les Lakers, Wall participe lui à la saison NBA depuis… le banc. 

Blessures à répétition

Comment le quintuple All-Stars en est-il arrivé là? A cause des blessures ! Alors qu’il porte avec Bradley Beal la franchise de Washington, le meneur doit écourter sa saison en 2018 à cause d’une blessure au talon. Opéré 2019, il guérit assez mal mais surtout, déjà avec un physique fragile, Wall se rompt en plus le talon d’Achille en février 2019 après une glissade dans sa cuisine…

Alors qu’il est sur le retour pour la saison 2020/2021, il est donc envoyé à Houston juste avant le début de l’exercice. Chez les Rockets, il fait son retour sur les parquets et joue 40 matchs, montrant des choses correctes après deux ans d’absence. Mais en avril dernier, sa saison est stoppée à cause d’une nouvelle blessure, cette fois aux ischio-jambiers. 

Un lourd contrat

Les Rockets terminent la saison derniers avec le pire bilan de la Ligue, espérant obtenir le choix numéro 1 à la Draft mais la loterie en décide autrement et ils obtiennent le numéro 2. Avec pas mal de jeunes talentueux comme Christian Wood, Kevin Porter Jr. et Jalen Green et l’expérience d’un John Wall ou encore Eric Gordon, les Texans peuvent reconstruire tranquillement cette saison. Sauf qu’ils n’ont gagné qu’un match cette année pour 14 défaites. Rien ne tourne dans l’équipe d’autant que les patrons de la franchise doivent faire avec un salaire de 44 millions qui ne joue pas. 

En effet, avant la reprise, la franchise et John Wall ont décidé que le joueur ne foulerait pas les parquets cette saison afin de tenter de lui trouver une nouvelle destination. Sauf que… il reste deux années de contrat à Wall pour un montant total de 91,7 millions de dollars, avec une player option à 47,4 millions (!) sur la campagne 2022-23. Qui veut d’un meneur de 31 ans à la santé fragile et qui coûte un max puisqu’il possède le deuxième plus gros salaire de la Ligue? 

S’il veut jouer, John Wall devra privilégier un « buyout » en 2022, soit le fait qu’il renonce à une partie de son contrat et du salaire qui va avec afin de pouvoir quitter la franchise. Le dossier John Wall dure depuis un petit moment mais il n’est pas prêt de se terminer…

Suivez la NBA tout au long de la saison sur les chaînes d’Eleven Sports, disponibles dans l'option Pickx Sports de Proximus.

Ce weekend sur Eleven Sports :

Samedi 20 novembre

  • New York Knicks - Houston Rockets à 23h sur Eleven Sports 2

Dimanche 21 novembre 

  • LA Clippers - Dallas Mavericks à 21h30 sur Eleven Sports 2

Basket

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top