Ce samedi, les championnats du monde 2021 de League of Legends touchaient à leur fin après plus d’un mois de compétition acharnée pour le titre mondial. L’occasion de vous fournir un petit condensé des moments de la compétition qui resteront gravés dans l’histoire du jeu. Spoiler alert: il y en a eu, beaucoup.

Alors que les Edward Gaming ont soulevé leur premier titre mondial il y a quelques jours après un affrontement dantesque face aux champions en titre DAMWON Kia, les différentes équipes participantes sont rentrées au pays. S’annonce donc maintenant une période d’attente, et de mercato, avant la reprise des circuits compétitifs en janvier prochain.

Afin de vous occuper un peu, on s’est dit qu’on allait vous proposer une petite liste des plus beaux moments, aussi bien dans le jeu que sur scène. Accrochez-vous, on est partis.

Le Japon pour la première fois en phase de groupes

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour observer une première mondiale dans ces Worlds 2021. Qualifiés pour la phase de play-in après une apparition remarquée au Mid-Season Invitational, une saison régulière où ils ne se sont inclinés qu’à trois reprises et une folle remontée lors des play-offs, les Japonais de Detonation FocusMe sont arrivés dans la compétition avec la rage au ventre, et l’envie de montrer à tous que leur pays avait bel et bien sa place au sein du tournoi.

© Riot Games – Les joueurs japonais sur la scène du Main Event

Ces derniers ont fini premiers de leur groupe de play-in, après une victoire en tiebreaker largement méritée face aux Cloud9. Malgré une dernière place sans aucune victoire lors de la phase de poules du Main Event, les Japonais auront signé cette année leur première apparition sur la scène principale des Worlds de League of Legends, une performance à souligner. Et au vu du niveau de jeu grandissant de la région, on peut s’attendre à les revoir lors des futures éditions.

Les larmes de Nisqy

Ne nous le cachons pas, cette édition des Worlds fût sûrement l’une des plus compliquées à gérer pour les équipes européennes. Entre tirages défavorables, contre performances et des managements pointés du doigt, nos représentants auront eu fort à faire durant le mois de compétition. Et Fnatic n’a pas échappé à la règle, avec la pire performance de l’organisation lors des championnats du monde, si on omet sa non-qualification lors de la deuxième édition de la compétition.

Concrètement, la formation menée par les Belges Bwipo et Nisqy ne sera pas sortie des groupes du Main Event. Après le départ catastrophe de l’ADC Upset vers l’Allemagne pour des raisons familiales, l’équipe a visiblement eu beaucoup de mal à performer comme elle s’y attendait. Les Fnatic auront fini leur aventure sur cinq défaites en phases de poules.

Alors que l’équipe est sur le point de jouer sa deuxième journée de matchs, l’organisation diffuse un épisode de sa série “Legends in Action“, mettant en scène les coulisses de l’équipe lors du tournoi. Un contenu dans lequel on peut découvrir le poids, parfois colossal, qui pèse sur les épaules de ces joueurs, et les conséquences que cela peut avoir sur leur mental. Si certaines séquences font mal au coeur, elles montrent sans aucun doute à quel points les e-sportifs peuvent être impliqués dans les projets de leur équipe.

Maoan banni de la compétition

Les affaires de triche, ou de tentatives de triches, sont assez rares dans l’histoire des Worlds de League of Legends. Si la deuxième édition de la compétition avait vu certains joueurs investigués pour avoir jeté un coup d’oeil à la minimap présente sur l’écran de la scène lors des matchs, l’affaire qui nous intéresse ici va bien plus loin.

Dans la nuit du 9 octobre, alors que son équipe Beyond Gaming est qualifiée pour le premier tour du Knockout Stage de la phase de play-in, des screenshots de conversations du midlaner Maoan sont diffusés sur les réseaux sociaux. Ces derniers révèlent que le joueur aurait divulgué les potentiels picks et bans de son équipe pour le match les opposant au Galatasaray Esports dès le lendemain. Pire encore, la conversation en question aurait eu pour but d’influencer certains paris sur le match.

Malgré l’heure tardive, la réaction de Riot Games ne se fait pas attendre. L’éditeur du jeu, et organisateur du tournoi annonce la disqualification du joueur pour la suite de la compétition. Une décision qui forcera son organisation à titulariser en midlane le seul remplaçant de la structure, son toplaner PK. Les Beyond Gaming se feront sortir par les Hanwha Life Esports deux jours plus tard, aux portes de la phase de groupes.

L’élimination de FunPlus Phoenix en phase de groupes

Devenir champion du monde sur League of Legends est à la fois un rêve et un honneur pour tout joueur compétitif. Mais avec un tel titre, viennent parfois un poids dur à porter, auquel s’ajoute les attentes des fans. Les champions du monde 2019, FunPlus Phoenix, en ont fait la douloureuse expérience lors de ces Worlds, réalisant ce qu’on pourrait sans aucun doute qualifier de l’une des plus grosses contre-performances du tournoi.

© Riot Games

Après leur qualification ratée en 2020, les FPX revenaient cette année, dans ce que beaucoup qualifiaient déjà de “groupe de la mort” pour Rogue et Cloud9. Mais si l’on pensait les Chinois du bon côté de la ligne, ces derniers auront fini la phase de groupes à égalité avec les Européens et les Nord-Américains. Contre toute attente, les joueurs de Rogue réussissaient à éliminer les champions du monde 2019 lors du premier round du tiebreaker.

Une contre-performance que beaucoup ont attribué au niveau de jeu du jungler Tian. Pour rappel, ce dernier souffrait depuis plusieurs mois de problèmes de santé. Une condition compliquée qui avait poussée le joueur à prendre du recul sur la scène compétitive, jusqu’à l’exclusion de son remplaçant Bo pour avoir truqué des matchs lors de son passage en LDL. Reste que suite à cet échec, la direction du club aurait décidé de faire table rase de son roster afin de repartir sur de nouvelles bases …

Un nouveau record d’audience

Une nouvelle fois, les Worlds de League of Legends se sont imposés en tant qu’évènement majeur de la scène e-sportive mondiale. Après avoir rassemblé un pic de 3 882 252 viewers lors de la finale de 2020, un nombre légèrement inférieur au record établi en 2019, la grande finale de 2021 a une nouvelle fois battu des records.

L’affrontement entre EDward Gaming et les Coréens de Damwon Kia aura rassemblé plus de 4 millions de spectateurs uniques devant leur écran, 4 018 728 très exactement. Un score qui fait de cette finale l’évènement e-sportif le plus suivi de l’histoire.

© EsportsCharts

Mais le tournoi a aussi inscrit un autre record, celui du plus grand nombres d’heures regardées. Celles-ci atteignaient les 174 826 794, soit près de 30 millions de plus que lors de l’édition 2020, alors que l’évènement n’avait duré que neuf heures de moins.

Nul doute que cette édition 2021 des Worlds nous aura gâté. Il ne reste maintenant plus qu’à attendre l’année prochaine pour profiter à nouveau du gratin des équipes mondiales rassemblées sur la même scène. Celle-ci devrait d’ailleurs poser ses valises en Amérique du Nord, comme indiqué par le calendrier de Riot Games, et sûrement avec quelques adaptations de format.