En 2017, le Nigeria décrochait contre toute attente la toute première participation aux Jeux olympiques d'hiver de son histoire grâce à son équipe de bobsleigh féminine.
Le 17 novembre 2017, l'équipe nigériane de bobsleigh féminine se qualifiait pour les Jeux d’hiver de Pyeongchang lors d'une ultime descente de qualifications à Calgary. Un véritable exploit, puisqu’aucun pays africain n'avait encore participé à des épreuves de bobsleigh aux Jeux olympiques, tant chez les messieurs que chez les dames.

Cette qualification improbable d’un pays où les températures dépassent largement les 30 degrés en hiver et où le bobsleigh est une discipline quasi inconnue rappelle évidemment celle de l’équipe jamaïcaine masculine pour les Jeux de Calgary, dont l’épopée avait fait grand bruit avant d’être portée à l’écran dans le film ‘Rasta Rockett’, sorti en 1993.

Un passé de sprinteuses

Si leur qualification relève de l’exploit, les bobeuses Seun Adigun, Ngozi Onwumere et Akuoma Omeoga ne sortent pas de nulle part. Résidant aux États-Unis, ces trois athlètes ambitieuses sont en réalité des anciennes sprinteuses de haut niveau. Adigun avait même pris part aux Jeux estivaux de Londres en 2012 sur 100m haies.

Parties de rien dans leur nouvelle discipline, c’est grâce à un financement participatif visant à récolter les 150.000 dollars nécessaires pour s'entraîner et prendre part aux compétitions, ainsi qu’à une vaste campagne marketing, que les jeunes femmes sont parvenues à atteindre leur but.

Un parcours inspirant

Quelques mois plus tard à Pyeongchang, les performances des Nigérianes étaient bien sûr attendues avec impatience. Il n’y aura toutefois pas de nouveau miracle et, sans surprise, l’équipage nigérian terminera vingtième et dernier de la compétition. Mais l’essentiel était évidemment ailleurs pour les jeunes femmes, qui insistaient surtout sur la dimension symbolique de leur participation.

L'objectif est de montrer aux gens qu'il est important de réaliser quelque chose plus grand que vous, je veux que l'on retienne cela”, avait notamment déclaré Seun Adigun juste après leur entrée dans la compétition. Nul doute que l'incroyable parcours des jeunes femmes aura inspiré et fait naître des vocations sur le continent africain.

Une fois de plus, dans le sport tout est possible !