La Coupe du monde de football 1982 restera à jamais comme le Mondial de Paolo Rossi et de l'Italie. Se disputant en Espagne, cette fête du ballon rond a également vu un petit poucet, l'Irlande du Nord, tirer son épingle du jeu.
À jamais dans l'histoire. Jusqu'en 2006, et la qualification de Trinité-et-Tobago pour la Coupe du monde en Allemagne, l'Irlande du Nord détenait le record de la plus petite nation à avoir accédé à la phase finale du plus grand rendez-vous footballistique de la planète. En 1958, les Nord-Irlandais avaient alors atteint les quarts avant de rendre les armes face à la France. Il fallait attendre ensuite 24 ans pour que les Britanniques se qualifient une seconde fois pour le tournoi. Et, à nouveau, ils ont réussi à rendre fier tout un pays.

Armstrong envoie son pays dans les étoiles

Pour son match d'ouverture, tout d'abord, l'Irlande du Nord s'offre le luxe de tenir en échec l'ex-Yougoslavie (0-0). Norman Whiteside, de son côté, devient le plus jeune joueur à participer à une phase finale de Coupe du monde à seulement 17 ans et 42 jours. Un record qui tient toujours. Mais les Nord-Irlandais ne s'arrêtent pas en si bon chemin et ils veulent marquer un peu plus l'histoire. Après avoir partagé l'enjeu face au Honduras, c'est ni plus ni moins que l'hôte de la compétition, la grande Espagne, qui se dresse face à eux. 

Dans l'enceinte de Mestalla, les troupes de Billy Bingham réalisent alors l'impensable. Profitant d'une erreur de Luis Arconada dans sa lecture de la trajectoire d'un centre, Gerry Armstrong donne l'avantage aux siens au retour des vestiaires. Les spectateurs de Valence s'attendent à une réaction de leurs protégés mais elle ne viendra jamais. Malgré l'expulsion de Mal Donaghy peu de temps après l'heure de jeu, l'Irlande du Nord tient bon, s'offre une victoire historique et la première place de sa poule.

Le portier légendaire Pat Jennings ayant fait des miracles, les Britanniques accèdent au second tour. Après avoir partagé l'enjeu contre l'Autriche, la France de Michel Platini se montre ensuite, comme en 1958, trop forte en l'emportant largement sur le score de 4-1. Éliminés aux portes des demi-finales, les Nord-Irlandais garderont toutefois un souvenir incroyable de cette épopée. D'autant plus qu'elle reste leur meilleur souvenir, eux qui se sont qualifiés une seule fois par la suite pour le Mondial. C'était quatre ans plus tard, en 1986, où ils n'ont pas réussi à briller dans un groupe qui comportait notamment... l'Espagne.

Une fois de plus, dans le sport tout est possible !