La société bruxelloise de transport public (Stib) regrette que le syndicat libéral CGSLB ait provoqué une réduction de fréquence sur les quatre lignes de métro avec sa grève de mercredi. "Totalement irresponsable en période de corona", a déclaré la Stib, car il faut désormais précisément suffisamment de place dans le métro pour pouvoir respecter les règles de distanciation. Une réunion entre la direction et le syndicat est programmée encore mercredi.
"La réunion d'aujourd'hui servira principalement à écouter les revendications du syndicat libéral, qui ne sont pas claires pour le moment", a déclaré une porte-parole de la Stib.

Le syndicat dénonce la charge de travail et les conséquences d'un absentéisme élevé et estime également que les équipements mobiles ne répondent pas aux exigences de bonne qualité.

La porte de la direction est toujours restée ouverte, souligne la Stib. "Des points sont discutés en front commun syndical. Il y a eu une réunion avec le médiateur social lundi pour signer une convention collective de travail sur les métiers lourds, et un nouveau rendez-vous est prévu pour cela vendredi".

Les syndicats chrétien et socialiste CSC et CGSP ont quant à eux annoncé qu'ils prenaient leurs distances avec l'action de la CGSLB. La circulation des bus et trams n'est pas perturbée, mais environ un métro sur deux circule