La Belgique (FIFA 19) s'est inclinée 4 buts à 0 en Norvège, mardi, à Oslo, dans son quatrième match du groupe F de qualification à la Coupe du monde féminine 2023 de football. Les Red Flames concèdent une première défaite et laissent la Norvège prendre seule la première place du groupe.
Une Coupe du monde, un titre olympique et deux Euros. Au moment d'aborder la quatrième rencontre qualificative pour le Mondial 2023, les Red Flames étaient bien conscientes que la Norvège partait largement favorite. Et malheureusement, cela s'est confirmé sur le terrain à Oslo. Si la première place du groupe F semble acquise aux Scandinaves, tout reste à faire pour la deuxième place, synonyme de barrages, contre certainement la Pologne.

Un manque de concrétisation

Ce mardi, pourtant, la Belgique fut loin d'être ridicule. La Norvège mettait, certes, d'emblée la pression sur les Red Flames, dont la gardienne Nicky Evrard devait intervenir pour repousser un envoi de Frida Maanum (5e). Sur le corner qui suivait, Guro Bergsvand reprenait de la tête, Amber Tysiak déviait légèrement, mettant le ballon hors de portée d'Evrard (6e). Les Belges réagissaient cependant via Sarah Wijnants (18e), qui ne cadrait pas sa tête, et Tessa Wullaert (28e), contrée par Maria Thorisdottir (26e). On ne le savait pas encore mais la chance de nos compatriotes était déjà passée.

Car les Norvégiennes, elles, ne faisaient pas preuve de la même clémence devant le but adverse. Evrard s'interposait tout d'abord sur une frappe de Caroline Graham Hansen (28e). Le duel se répétait deux minutes plus tard, mais cette fois l'envoi depuis l'entrée de la surface de la capitaine norvégienne, partie balle au pied à 35 mètres du but, terminait dans la lucarne belge (2-0, 30e). Si les Red Flames tentaient de réagir au retour des vestiaires, elles voyaient la tête de Tine De Caigny terminer sa course sur le poteau. A la 68e minute, lancée par Guro Reiten, Elisabeth Terland trompait elle Evrard, tuant tout suspense (3-0). Les Norvégiennes marquaient même un quatrième but en fin de rencontre lorsque la malchanceuse Tysiak déviait une frappe d'Ingrid Syrstad Engen (4-0, 90e+1).

Au mieux la deuxième place

Après un partage en Pologne (1-1) et deux succès sur le score de 7-0 contre l'Albanie et le Kosovo, les Red Flames restent ainsi bloquées à 7 unités, tandis que la Norvège prend seule la tête du groupe avec 10 points. La Pologne (8 points), qui a battu l'Albanie (4 points) dans l'autre match du groupe, s'est emparé de la deuxième place du groupe. Les troupes d'Ives Serneels joueront désormais deux matchs à domicile en novembre, le 25 contre l'Arménie et le 30 face à la Pologne, à chaque fois à 20h et à Louvain.

Seul le vainqueur du groupe est directement qualifié pour la phase finale. Le deuxième de la poule doit disputer des barrages en octobre 2022. Il faudra donc que les Belges s'imposent impérativement face à la Pologne à domicile pour espérer au minimum jouer une confrontation décisive contre un autre deuxième de groupe. Si la première place est toujours mathématiquement accessible, le fossé qui sépare les Red Flames de la Norvège est pour l'instant encore trop grand.

La Coupe du monde 2023 réunira pour la première fois 32 équipes (au lieu de 24) - dont 11 ou 12 pays européens -, du 20 juillet au 20 août en Australie et en Nouvelle-Zélande. La Belgique a disputé la phase finale de l'Euro en 2017 et participera à l'édition 2022 en Angleterre (dont le tirage au sort à lieu jeudi à Manchester), mais n'a jamais disputé de phase finale de Coupe du monde. Les Red Flames avaient été battues par la Suisse en barrages pour le Mondial 2019.