Issu des qualifications, Jerzy Janowicz se hisse jusqu'en finale à Paris-Bercy

À la différence du circuit féminin, la hiérarchie est souvent respectée au sein de l'ATP. Il arrive cependant parfois que des joueurs inattendus créent la surprise dans des tournois majeurs comme ce fut le cas pour le Polonais Jerzy Janowicz en 2012 à Paris-Bercy.

Novak Djokovic, Andy Murray ou encore Juan Martín Del Potro et Marin Cilic. L'édition 2012 du Masters 1000 de Paris-Bercy est, comme souvent, très relevée. Même parmi les joueurs issus des qualifications, on retrouve également des futurs grands tennismen comme Grigor Dimitrov ou Roberto Bautista-Agut. Pourtant, c'est un jeune Polonais du nom de Jerzy Janowicz, 69e mondial, qui va retenir l'attention de tous les spectateurs de la capitale française en se hissant jusqu'en finale du tournoi.

Le médaillé olympique Murray tombe sur un os

Plus habitué jusque-là aux challengers, le natif de Lódz arrive sans complexe à Bercy pour sa première participation à un Masters 1000. Après s'être débarrassé du solide allemand Philipp Kohlschreiber (19e mondial) en ouverture, Jerzy Janowicz se paye ensuite le scalp de Marin Cilic (15e) et surtout du Britannique Andy Murray. Le troisième mondial reste pourtant sur un succès la même année à l'US Open, aux Jeux olympiques et sur une finale à Wimbledon. Mené d'un set, le Polonais écarte de surcroît une balle de match, l'emporte au tie-break dans la deuxième manche avant de remporter aisément le troisième sur le score de 6-2.

À seulement 21 ans, le géant de 2,03 m est sur un nuage. Et rien ne semble pouvoir l'arrêter. Pas même le puissant serbe Janko Tipsarevic qu'il pousse à l'abandon après trois sets. En demies, face au chouchou du public Gilles Simon, il marque l'histoire en devenant le troisième joueur issu des qualifications à rejoindre la finale après l'Espagnol Sergio Casal en 1986 et le Tchèque Radek Štepánek en 2004.

La voie Ferrer fermée

Reste alors un dernier écueil. Mais quel écueil ! David Ferrer, quatrième mondial, s'est défait sur sa route de son compatriote Marcel Granollers, de Stanislas Wawrinka et des Français Jo-Wilfried Tsonga, sixième mondial et au top de sa forme, et Michaël Llodra. Hasard du destin, ce dernier était également issu des qualifications et avait créé la surprise en quart de finale en prenant le dessus sur l'Américain Sam Querrey, tombeur surprise de Novak Djokovic dès le deuxième tour.

Pour son deuxième rendez-vous avec un qualifié, David Ferrer ne veut pas se laisser surprendre. Et, très vite, Jerzy Janowicz comprend qu'il n'y a pas grand chose à faire face au pou dans cette rencontre. Bloqué par un Big 4 toujours plus boulimique, l'Espagnol ne laisse, en effet, pas passé sa chance de remporter son premier Masters 1000 de sa carrière en s'adjugeant le match sur le score de 6-4, 6-3. Émoussé physiquement, "Jano" a lui tout donné et peut se consoler avec une apparition dans le club des 30 premiers de la hiérarchie mondial, alors qu'il ne pointait qu'au 221e rang en début d'année ! Depuis lors, le Polonais de 30 ans a atteint les demi-finales de Wimbledon et s'est positionné à la 14e place mondiale en 2013 sans jamais glaner le moindre titre en simple ni en double (en dehors de la Hopman Cup).

Une fois de plus... tout est possible dans le sport !

Sports

Voir tout

Attention : regarder la télévision peut freiner le développement des enfants de moins de 3 ans, même lorsqu’il s’agit de programmes qui s’adressent spécifiquement à eux. Plusieurs troubles du développement ont été scientifiquement observés tels que passivité, retards de langage, agitation, troubles du sommeil, troubles de la concentration et dépendance aux écrans

Top