La deuxième édition de l’ESL Proximus Benelux Championship 2021, l’édition Winter, est maintenant plus qu’entamée. Et pour cause, nous voici déjà arrivés à l’aube de la dernière ligne droite : des phases finales prévues en LAN et qui se dérouleront le 30 octobre. Une compétition que vous pourrez suivre sur Pickx Esports et en télévision sur Pickx Live. Il est donc temps de s’intéresser d’un peu plus près aux différentes équipes qui composent le carré final du tournoi.

Alors qu’elles étaient huit au départ, il ne reste désormais plus que quatre formations engagées dans la plus grosse compétition CS:GO de la région Benelux : l’ESL Proximus Benelux Championship. Tour d’horizon des forces en présence pour ce qui s’annonce comme un rendez-vous inconditionnel de la scène CS:GO belge.

eClub de Brugge, le favori

© eClubBrugge

Après le rachat du roster MEASTRO, composé de Stev0se, simix, ritchiEE, matty, and n0tice en février dernier, l’eClub de Bruges s’est clairement imposé comme la structure à abattre en 2021 dans la région Benelux.

L’eClub s’assoit ainsi à la table des grands auprès d’autres noms comme LowLandLions ou encore Sector One.

Cette saison d’ESL Benelux fut nette et sans bavures pour les Brugeois. En remontant au Summer Split, on trouve la seule défaite du roster original contre Lyngby Vikings lors d’un Bo1 à double tranchant et plus serré que le score laisse l’entendre (11-16). Mis à part ce démarrage compliqué, l’équipe se ressaisit vite et ne perd plus aucune carte de toute la saison ESL Proximus Benelux. Même en play-offs, les Bo3 sont remportés d’une main de fer, ne concédant d’ailleurs pas plus de 14 rounds lors de la finale Summer contre LowLandLions.

© Liquipedia – La phase de groupe du Summer Split voit l’eClub prendre une avance confortable.
© Liquipedia – Après avoir le survol de la phase de groupe, Bruges enchaîne facilement lors de la saison estivale.

Cette saison Winter voit l’eClub s’imposer tout aussi facilement lors de la phase de groupe online. Rassurant, c’est le moins que l’on puisse dire. En revanche, le passage des compétitions online à celles disputées en présentiel peut faire trembler même les plus grosses équipes qui ne se préparent pas suffisamment. Un conseil à prendre pour toutes les équipes : attention à ne pas se faire surprendre.

Côté style de jeu, le club de Bruges s’impose par le skill et la confiance. Les individualités brillent mais pourtant le collectif n’en souffre pas. Les rounds s’enchaînent en variant le rythme et l’explosivité. Et quand cela ne suffit plus, Stev0se recadre ses joueurs et ceux-ci s’imposent et impressionnent de par leur régularité de haut niveau. Ne jamais trop s’emballer, voilà le maître-mot du roster de l’eClub de Bruges.

Un autre point à soulever serait leur map-pool. De ce côté et comptant le niveau de compétition de leurs adversaires, l’inquiétude n’a pas sa place. Aucune faiblesse ne semble se profiler, surtout au vu du format de la grande finale, disputée elle aussi en BO3.

Cependant, tout roster tend à évoluer. C’est aussi le cas pour le Club. Certains joueurs ont été mis de côté alors que d’autres se sont écartés d’eux-même entraînant des remplacements il y a de ça maintenant presque 2 mois. Un timing amplement suffisant pour se préparer à la date butoire qui approche à grands pas.

Project EVERSIO, le challenger inattendu

© ProjectEVERSIO

Si on suit l’ordre de qualification de cette édition, c’est bien Project Eversio qui sort en tête du groupe B. Un nom pour le moins inattendu pour les non initiés. Si on se plonge sur l’édition Summer, l’équipe Eversio n’avait pas fait très bonne figure. Finissant en 5ème position, ils ne réussissent pas à se hisser en play-offs.

Depuis cette saison estivale, le roster a changé quelque peu mais les joueurs originaux restent présents, plus motivés que jamais. La structure maltaise derrière les joueurs semble tout aussi motivée à prouver sa domination dans la zone Benelux. Avec une qualification en seed 1 de la part de la structure, celle-ci pourrait se retrouver à penser au titre.

D’autant que les résultats durant ce Split donnent un net avantage à Eversio contre ses futurs adversaires. Entre autres, une victoire en Bo3 contre LowLandLions lors du Winner match de la phase de groupe qui risque de donner confiance aux joueurs.

© Liquipedia – Project Eversio n’est l’équipe que l’on attendait finir en tête du groupe B. Une bonne surprise assurément.

En matière de map-pool, Eversio paraît très volatile mais on voit tout de même que Overpass reste leur carte de choix lors des derniers matchs, de même pour Ancient, que les joueurs ont l’air de l’avoir passé au peigne fin ! Deux cartes qui peuvent surprendre beaucoup d’équipes, et qui pourraient jouer en la faveur de Project Eversio.

Dans leur style de jeu, les Eversio restent épurés et efficaces, se basant sur l’AWP de Xaka et la qualité d’entry-fragger de jco. Le reste appartient à la réussite et à la qualité de trade, bien présente chez ReFuZR, qui figure sur la deuxième marche du classement en termes de stats sur la compétition, mais aussi chez ses coéquipiers CrePoW et Swes.

LowLandLions, encore et toujours 

© LowLandLions

La troisième équipe que nous allons vous présenter ne devrait guère nécessiter beaucoup d’introduction, car elle reste la structure par excellence de la scène belge et Benelux en général depuis maintenant des années: les LowLandLions, maintenants rattaché au KAA Gent ! On se rappelle de la première édition de l’ESL Benelux en 2016 et de son premier gagnant, qui avait tout simplement vu l’équipe remporter la compétition en back to back.

Durant ces deux splits de saison régulière, le roster de LowLandLions a bien changé. Passant d’une équipe à majorité néerlandaise à un mix européen où le drapeau belge reste bien représenté par deux de nos compatriotes. Ces deux rosters ont fait et font encore cependant fureur dans la région dominant beaucoup de débats en duo avec l’eClub de Brugge.

En revenant sur leur Summer Split, on voit vite que la structure n’a pas perdu de sa superbe. N’étant défaits que par Bruges et Eversio, ils se propulsent facilement en play-offs et parviennent jusqu’à une grande finale qui traînera sur toute la longueur du Bo5 ! Les joueurs ne parviendront, en revanche, pas à défaire le Club.

La qualification était donc assurée pour cette édition. Il ne restait plus qu’à passer les phases de groupes. La tâche s’est avérée plus complexe que ce à quoi on aurait pu s’attendre. Au final, les deux victoires en Bo3 face à Genk leur assure la qualification en seconde place du groupe B.

Dans le style de jeu, LowLandLions se base sur des individualités très skillées sans pour autant sortir des sentiers battus. Les rounds sont très structurés et bien amenés afin de ne pas réaliser d’erreurs grossières. Certaines idées, par exemple lors de rounds de petits achats, sont inventives et mériteraient d’être poussées à l’extrême. Le roster, lui, est très jeune avec une moyenne de 19 ans mais pourtant l’expérience ne leur manque pas pour s’affirmer sur ce tournoi.

En revanche, la question se pose pour la venue en LAN de ces jeunes joueurs. La pression va-t-elle les engloutir ou au contraire les rebooster ? Nous avons hâte de voir cette équipe sur scène et sur tous les écrans !

Game Fist, l'outsider

© GameFist

La dernière équipe qualifiée s’appelle Game Fist. Connue des aficionados de la scène Benelux esportive, cette structure belge créée en 2017 s’est elle aussi imposée comme incontournable sur plusieurs titres, y compris CS:GO.

Le parcours du roster n’est pas très compliqué à suivre. En août dernier, la structure annonçait leur roster pour cette saison, ainsi que son retour sur la licence de Valve.

Leur parcours est pour le moment plus que convainquant ! On ne pouvait pas en attendre plus de la part d’un roster créé à l’occasion de la compétition. Directement qualifié via les épreuves fermées de qualification, GameFist s’impose dès son premier match de phase de groupes dans un Bo3 accroché face à Join The Force. Ce duel va d’ailleurs perdurer car les deux équipes se retrouveront plus tard pour le match de la qualification. Une deuxième fois Game Fist s’imposera contre JTF et sécurisera par la même occasion la deuxième place du groupe A.

© Liquipedia – Les résultats du groupe A montre que l’équipe Game Fist n’a pas volé sa place pour ces play-offs !

À l’instar de leurs adversaires, le style de Game Fist est très protocolaire. Les individualités brillent à travers des stratégies simples mais efficaces et bien exécutées. Pas de prises de risques exagérées, et quand elles existent, celles-ci sont assumées et souvent payantes.

Mais ce style de jeu est à double tranchant. Si l’équipe adverse venait à avoir un style moins académique, plus rapide et plus créatif, Game Fist pourrait très vite se retrouver en difficulté.

Vous l’aurez compris, la présence de ces équipes risque de nous garantir un spectacle de haute volée. Pour profiter des matchs, on se donne rendez-vous ce samedi 30 octobre sur Pickx Esports à partir de 9h45, mais aussi en télévision sur Pickx Live ! Pour l’occasion, c’est l’entièreté de l’émission qui vous sera présentée en plateau et en direct du Proximus Lounge.