Après un an de travail et d'études, le groupe Revolht a proposé lundi, lors d'une conférence de presse tenue à Lens, une alternative à la Boucle du Hainaut, ce projet de ligne à très haute tension de la société Elia. L'ASBL citoyenne avance, selon elle, une solution innovante et respectueuse de l'environnement et de la santé.
Le projet d'Elia "Boucle du Hainaut" consiste en la réalisation d'une autoroute énergétique, "chaînon manquant" dans le transport de l'électricité à travers la province. La potentielle nouvelle ligne à 380 kV serait établie sur un "corridor" de 84,8 kilomètres envisagé entre le poste à haute tension d'Avelgem et celui Courcelles, via 14 communes hainuyères. Toutes les communes concernées se sont opposées au passage de la ligne à très haute tension sur leur territoire.

Pour Revolht, la Boucle du Hainaut, que l'ASBL considère conjointement avec le projet d'Elia "Ventilus" en Flandre, comporte, notamment, de nombreux risques sur le plan environnemental et sanitaire, provoqués par le champ magnétique de ligne aérienne. Elle nécessite par ailleurs, une révision du plan de secteur, première étape de son éventuelle réalisation.

L'alternative de Revolht, dont le principe a été validé par une étude de l'UMons, porte sur la technologie choisie, le courant continu (DC) en enfouissement, contrairement au courant alternatif (AC) en aérien du projet d'Elia. La technologie peut être enterrée, par exemple, le long des autoroutes, des RAVEL, des chemins de halage. Elle viserait à oublier l'autoroute énergétique envisagée par Elia pour plutôt considérer différents points d'origine énergétique à relier en direct avec différents points d'arrivée.