Quel exploit! Bashir Abdi a remporté dimanche la 40e édition du marathon de Rotterdam. Le Gantois de 32 ans a couvert les 42,195 km en 2h03:35, établissant un nouveau record de Belgique et d'Europe. Retour sur l’incroyable parcours de l’athlète belge.
Les succès s’enchaînent pour Bashir Abdi. Deux mois et demi après sa superbe médaille de bronze aux Jeux olympiques de Tokyo, l’athlète vient de signer un nouvel exploit en s’adjugeant le record européen du marathon à Rotterdam, effaçant des tablettes le record du Turc d'origine kenyane Kaan Kigen Özbilen de 2h04:16, réussi le 1er décembre 2019 à Valence. Il devance le Kényan et double vainqueur de l’épreuve Marius Kipserem.

Abdi fait également mieux que son record national de 2h04:49 établi en mars 2020 à Tokyo. Il est le premier Européen à s'imposer dans ce marathon depuis 1998 et le deuxième Belge après Vincent Rousseau qui avait remporté l'édition 1994. Le médaillé de bronze de Tokyo a filé seul vers la victoire après le 35e kilomètre pour s'offrir également le record du parcours.

Une enfance compliquée

Rien, pourtant, ne prédestinait Bashir Abdi à porter si haut les couleurs de la Belgique en athlétisme. Né en 1989 en Somalie, le jeune Bashir fuit son pays natal avec ses parents à l’âge de six ans. Après quelques pérégrinations en Europe, sa famille s’installe à Gand en 2002. Un temps footballeur, Abdi se met à l'athlétisme à 16 ans et se spécialise dans les courses de fond. Il fait pour la première fois parler de lui en 2012 aux championnats d'Europe d'Helsinki, où il se classe 8e de la finale du 5.000 mètres et 4e de celle du 10.000 mètres.

Ce n’est pourtant que bien plus tard qu’Abdi découvrira le marathon. L’année 2018 sera celle du déclic pour l’athlète. Vice-champion d’Europe du 10.000 mètres à Berlin, l’athlète se tourne ensuite vers le marathon, après que des tests en laboratoire ont montré que son corps semble mieux prédisposé à cette épreuve. Et la transition s’opère avec succès.

Le marathon sur le tard

Il court son premier marathon en 2018 à Rotterdam, justement, mais tout ne se passe pas comme espéré. Victime d’une chute en début de course, il est blessé au genou mais n'abandonne pas et boucle l’épreuve en 2h10. Une performance plus qu'encourageante, vu les circonstances, qui ne fera que renforcer sa conviction qu’il peut réaliser de bons résultats sur la distance.

Dès l’année suivante, celui qui s’entraîne régulièrement avec la légende de l'athlétisme Mo Farah établit un nouveau record de Belgique sur la distance à Londres, alors qu'il ne dispute que son deuxième marathon. Un temps qu’il améliorera à Chicago quelques mois plus tard, puis au marathon de Tokyo en 2020, dont il prend la 2e place, avant de décrocher dans des conditions extrêmes une médaille de bronze olympique historique le 8 août dernier. Et quelque chose nous dit que le Belge nous réserve encore de belles surprises sur la distance!