Thierry Dailly, le président du RWDM, qui estime que son équipe a été flouée face au KVC Westerlo dimanche, ne veut plus entendre parler de Jordy Vermeire, l'arbitre de la rencontre. Il ne mâche pas ses mots...
Interviewé par Het Laatste Nieuws après la troisième défaite de son équipe à domicile, face au leader Westerlo, Thierry Dailly le président du RWDM était extrêmement agacé par la direction de la rencontre, confiée à Jordy Vermeire. “Westerlo a joué à 12 pour ne pas dire à 13”, se plaint d'entrée de jeu le président des Coalisés.

Incrédule, le président du club bruxellois ne comprenait pas que le défenseur campinois Edisson Jordanov ait pu rester sur la pelouse pendant les 90 minutes du match. Selon lui, le Bulgare s'est rendu coupable en première mi-temps de trois fautes sur Nangis sans prendre de carte jaune. "En deuxième mi-temps, le même Jordanov peut se permettre un nouvelle faute qui méritait clairement la jaune, mais l'arbitre Vermeire ferme toujours les yeux. Un scandale.", explique Thierry Dailly, qui précise que le score était à ce moment-là de 1-2.

Le président du RWDM, comme tout le stade et les commentateurs présents sur place avait évidemment aussi vu le hors-jeu manifeste de Maxime De Cuyper sur le deuxième but campinois. "Est-ce vraiment un hasard si nous n'avons pas pris le moindre point dans les matches arbitrés par Mr Vermeire ?", s'interroge-t-il, ulcéré par ces erreurs à répétition.

"Nous devons réfléchir à demander à l'Union Belge de ne plus laisser Mr Vermeire arbitrer nos matches pendant un certain temps. Je suis le dernier à m'en prendre aux arbitres mais après ce qui est arrivé dimanche face à Westerlo, on ne peut pas rester les bras croisés”, conclut Thierry Dailly, qui a au passage félicité Westerlo pour sa victoire.